HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-04-29 08:23:08
A+ A- Imprimer cet article



Des conditions de travail non remises en cause au Bangladesh



Les grues sont entrées en action lundi pour déblayer les gravats d'un immeuble effondré près de Dacca mercredi, après la mort du dernier survivant de la catastrophe dans laquelle ont péri plus de 380 ouvriers du textile travaillant pour des firmes étrangères. Un incendie a éclaté dans les décombres de l'immeuble écroulé, alors que les pompiers tentaient de sauver une des dernières survivantes de la catastrophe.

Le propriétaire de l’immeuble de huit étages qui s’est effondré à Dacca a été arrêté dimanche. La police est toujours à la recherche du copropriétaire, un ressortissant espagnol.

Le pape François a fait part samedi de ses pensées pour les victimes via le réseau social Twitter. Il s’est joint à eux par la prière. Il a demandé à Dieu d’accorder réconfort et forces à leur famille.

Le même jour, les entrepreneurs du secteur du textile ont décrété la journée de samedi fériée et les syndicats ont lancé un appel à la grève pour dimanche afin d'exiger de meilleures conditions de travail. La plupart des 4500 usines du textile du pays étaient déjà à l'arrêt.

C’est l’une des conséquence de manifestations, vendredi : des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale. Les manifestants s’en sont pris à des usines, la police a répondu par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. Ce que ces ouvriers exigeaient : l’arrestation et l’exécution des propriétaires des ateliers et du bâtiment qui s’est effondré.

Mais pas, ou peu, de références à leurs conditions de travail, souvent très précaire. Et c’est bien là tout le problème selon Jérémie Codron, politologue spécialiste du Bangladesh au Centre d’étude et de recherche internationale, à Sciences Po Paris. Il est interrogé par Antonino Galofaro : RealAudioMP3

« Ces explosions de colère ne s’attaquent pas vraiment au problème structurel, explique le chercheur. Au bout de quelques jours, le problème est oublié et le gouvernement ne fait rien pour mettre la pression sur les propriétaires d’usine. » Les partis sont en fait aux mains des grands industriels du secteur textile, analyse Jérémie Codron. Rien n’est fait par exemple pour que des syndicats puissent émerger et puissent jouer le rôle de contre-pouvoir, conclut le politologue.

Deux suspects arrêtés

Les manifestants ont été en partie entendus. La police a annoncé samedi l’arrestation de deux propriétaires d’ateliers de confection installés dans le bâtiment de huit étages. « Nous avons arrêté après minuit Bazlus Samad, le président des ateliers New Wave Buttons et New Wave Style, et Mahmudur Rahaman Tapash, directeur général de l'un de ces ateliers », a déclaré à l'AFP le chef adjoint de la police de Dacca Shyaml Mukherjee.

La police a ouvert contre ces deux personnes une procédure pour « homicides dus à la négligence », a-t-il dit, après que le Premier ministre a indiqué que les salariés avaient été forcés à retourner au travail, malgré les fissures apparues la veille dans l'immeuble. Mais la police était toujours à la recherche du propriétaire de l'immeuble.

Deuxième catastrophe en six mois

L'Organisation internationale du travail a lancé vendredi un appel aux autorités du Bangladesh et aux partenaires sociaux de ce pays pour qu'ils aident à créer des « lieux de travail sûrs ». La catastrophe, le pire accident dans l'histoire industrielle du pays, n’est en effet pas la première : en novembre 2012, un incendie dans une usine textile fournissant notamment l'américain Walmart avait fait 111 morts à la périphérie de Dacca.

Les conditions été pratiquement les mêmes que celles autour de la catastrophe en cette fin d’avril : selon des ouvriers, les responsables avaient demandé aux travailleurs de rester à leur poste en affirmant qu’il n’agissait que d’un exercice d’alerte incendie.

Avec AFP

(Photo : un survivant de l'effondrement de l'immeuble, dimanche 28 avril)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité