HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-04-30 15:26:55
A+ A- Imprimer cet article



Jacques Maritain toujours moderne 40 ans après sa mort



Il y a tout juste quarante ans, le 28 avril 1973, disparaissait Jacques Maritain. Né en 1882, converti au christianisme en 1906, il fut l’une des figures intellectuelles majeures du XXe siècle. Etudiant à la Sorbonne au tournant du siècle, il rencontre Raïssa Oumançoff, fille d’émigrés juifs arrivés à Paris en 1893. Ils se marient en 1904. Leur couple restera l’un des plus féconds, aussi bien spirituellement qu’intellectuellement. Dans leur maison de Meudon, près de Paris, se côtoient intellectuels et artistes, connus ou anonymes, croyants et incroyants.

Relire ou découvrir Maritain signifie se replonger dans le bouillonnement historique du XX ème siècle. En 1936, son ouvrage majeur, Humanisme intégral, publié à l’heure où éclate la guerre civile en Espagne, dissèque déjà les périls des totalitarismes à venir, en particulier le communisme. Il l'est l'un des premiers écrivains résistants. En juillet 1944, le général de Gaulle lui demande d’aller représenter la France comme ambassadeur auprès du Saint-Siège. Il s’y liera d’amitié avec Mgr Montini, futur Paul VI.

Un homme engagé, en dialogue avec le monde

Ses années romaines et la profondeur de sa réflexion l’associent étroitement aux travaux du Concile Vatican II. L'esprit d’une Église qui s’ouvre sur le monde est en parfaite résonnance avec l’œuvre de l’écrivain. A travers ses écrits, Maritain, nourri par Aristote ou saint Thomas d’Aquin, développe l’idée d’une démocratie fondée sur une vision anthropologique et morale, qui serait modulable selon les divers contextes sociaux et culturels. D’où son ouverture d’esprit considérable où nul secteur de la pensée et de la culture n’est mis à l’écart. « La figure de Maritain est celle d’un univers où tout circule » comme le souligne Michel Fourcade, maitre de conférence à l’université de Montpellier et président du Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain. Sa curiosité intellectuelle et sa recherche spirituelle vont le faire tisser des ponts avec de nombreux auteurs européens mais aussi américains.

Une « réputation de sainteté »

Maritain est aussi une grande figure spirituelle. En 1965, Paul VI le charge de remettre le message du concile Vatican II au monde de la culture. Au fil de son itinéraire, le penseur charrie avec lui une réputation de sainteté très forte. Certains évoqueront un « apostolat de la plume ». De nombreuses personnes se convertiront au christianisme dans le sillage de Jacques et Raïssa, le philosophe aura d’ailleurs pas moins de 75 filleuls. Maritain passera les dernières années de sa vie au sein de la communauté des petits frères de Jésus à Toulouse. A sa mort en 1973, les témoignages seront innombrables pour rendre hommage à son envergure spirituelle. "Il rendait Dieu évident" écrira l'un de ses admirateurs. Son œuvre, marquée par un grand souffle de liberté reste considérable et d’une grande modernité.

Olivier Bonnel

Que signifie la pensée de Maritain pour notre monde contemporain ? La question était au cœur d’une conférence organisée le 29 avril au centre culturel Saint-Louis à Rome, un centre fondé par Maritain lui-même. Parmi les intervenants, Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg. Il est interrogé par Olivier Bonnel RealAudioMP3


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité