HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-05-07 17:05:24
A+ A- Imprimer cet article



Dossier : la médiation intermalgache contestée



La médiation intermalgache, qui a réuni plus de 600 participants issus de diverses organisations, sous l’égide du conseil chrétien des églises malgaches (FFKM) a donc rendu ce dimanche ses résolutions finales, après deux semaines de consultation.

Cette feuille de route propose ainsi le report de l’élection présidentielle, prévue le 24 juillet prochain, l’instauration d’un gouvernement de transition de 18 mois, conduit par un Premier ministre investi des pleins pouvoirs, ainsi que la création d’un conseil des chefs d’Etat, lequel réunirait Andry Rajoelina et ses prédécesseurs, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy. Une Assemblée constituante se chargerait quant à elle de rédiger une nouvelle constitution.

Ces « propositions-remèdes » pour une sortie de crise sont, certes, ambitieuses. Sont-elles pour autant applicables ? Non répond clairement le père Sylvain Urfer, jésuite vivant sur la Grande Ile depuis 1974. Membre du SEFAFI, l’Observatoire de la vie publique malgache, il dirige également le centre Foi et Justice RealAudioMP3 Propos recueillis par Manuella Affejee

Le père Urfer n'a pas de mot tendre envers cette initiative dont il conteste la légitimité démocratique. Il rappelle la position, exprimée le 30 avril, de la conférence épiscopale malgache qui a souhaité que la médiation du FFKM ne soit pas purement politique. « Il n’est pas du ressort de l’Eglise de mettre en place une structure d’Etat ni de reporter ou d’avancer la date des élections », cite-t-il. « Notre premier objectif est : pardon, conversion, vérité et réconciliation ».

Après plusieurs années de crise politique, à laquelle s’ajoute une crise économique et sociale, les Malgaches en ont assez, assure-t-il. « Ils veulent voter ! ». La sortie de crise ne peut passer selon le jésuite, qu’au travers d’un scrutin électoral qui a été fixé au 24 juillet prochain.

Le père Urfer n’hésite pas à pointer du doigt des « manœuvres souterraines » visant à prolonger la transition et à empêcher le peuple de s’exprimer. « Un certain nombre de gens savent très bien qu’à l’issue de la transition, s’il y a des élections, ils ne retrouveront plus de place parce qu’ils ne représentent rien ni personne. Ces gens-là veulent faire durer le plaisir et manipulent le FFKM ».

Sans être capable de donner des noms précis, le jésuite désigne des « tendances », celles des anciens présidents qui ont pris part à la transition, aux différentes consultations ou qui se représentent.

(Photo : L'archevêque d'Antananarivo, Mgr Odon Razanakolona)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité