HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-05-07 12:52:45
A+ A- Imprimer cet article



Objectif de la conférence de Londres sur la Somalie : reconstruire le pays



Dévastée par trente ans de guerre civile, la Somalie essaye de retrouver un semblant de normalité. Pour cela, elle a besoin de l’appui de la communauté internationale. Une cinquantaine de pays et d’organisations internationales sont ainsi réunis à Londres ce mardi pour participer à une conférence visant à aider le gouvernement somalien à reconstruire le pays. Parmi les principaux axes d’action : l’amélioration des forces de sécurité, de la police, du système judiciaire et de la gestion des finances publiques.

Joint par Xavier Sartre, Mgr Giorgio Bertin, évêque de Djibouti et administrateur apostolique de Mogadiscio, partage l’ensemble de ces priorités RealAudioMP3

La Somalie est cependant loin d’être pacifiée et reste encore largement divisée en diverses zones contrôlées par des acteurs différents. Le nord, autrement dit le Somaliland, vit depuis de nombreuses années en complète autonomie, tout comme le Puntland, au nord-est. Les shebab dominent encore une grande partie du centre du pays, tandis que le gouvernement n’a la main que sur quelques villes comme Mogadiscio, la capitale. Les alliés africains du gouvernement de Hassan Cheikh Mohamoud, l’Ethiopie et le Kenya, se sont emparés de territoires en marge de leurs frontières. Si la piraterie n’est plus aussi florissante qu’il y a quelques années, elle demeure toujours une activité importante sur les côtes, notamment au nord de Mogadiscio.

Grands défis à relever

La Somalie demeure donc un puzzle dont il est difficile de se rendre maître. Mgr Bertin, qui s’est rendu à Mogadiscio début avril, y avait pu constater des améliorations dans le quotidien des habitants et avait relevé des signes d’espoir pour l’avenir du pays. Il tient surtout à ce que la communauté internationale soutienne les fragiles institutions du pays reconnues internationalement par l’ONU et par le Fonds Monétaire International.

Une solution fédéraliste a également la préférence de Mgr Bertin. Elle permettrait d’agglomérer les différentes entités qui existent du nord au sud du pays tout en respectant la diversité du pays. L’administrateur apostolique de Mogadiscio est aussi persuadé qu’une stabilisation de la Somalie et une amélioration de la situation tant sécuritaire qu’économique, ne peut être que bénéfique pour les voisins immédiats du pays comme l’Ethiopie et le Kenya.

Le Royaume-Uni est particulièrement en pointe sur le dossier somalien. Londres avait déjà accueilli une conférence internationale en février 2012 qui s’était ensuite prolongée à Istanbul les 31 mai et 1er juin. En avril dernier, le gouvernement britannique a rouvert une ambassade à Mogadiscio.

(Photo : Le premier ministre britannique David Cameron et le président somalien Hassan Sheikh Mohamed)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité