HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Justice et Paix > dernière mise à jour: 2013-05-09 15:20:55
A+ A- Imprimer cet article



Le cardinal Onaiyekan dénonce l'inefficacité du gouvernement nigérian à lutter contre les violences



Le Nigeria est toujours au premier plan au chapitre du terrorisme. 23 personnes sont mortes jeudi 9 mai. Des policiers sont tombés dans une embuscade dans le centre du pays. Les auteurs de l’attaque ont ensuite brûlé les cadavres. Ils sont membres d’un groupe que les autorités qualifient de secte. Avant de tomber dans l’embuscade, les forces de l’ordre allaient les arrêter. Ils les soupçonnaient de mener des conversions forcées dans un village de la région. Ces derniers jours la secte Boko Haram a elle aussi encore frappé. 55 personnes ont été tuées dans l’Etat nord-oriental de Borno. Les islamistes radicaux auraient également décapité deux prédicateurs musulmans, qui s'étaient opposés à la violence. Le président Goodluck Jonathan éprouve toujours autant de difficultés à pacifier son pays.

L'inefficacité des autorités nigérianes à lutter contre les violences

Le cardinal John Olorunfemi Onaiyekan, interrogé sur l’antenne de Radio Vatican, a fait part de ses craintes face à cette spirale de violence. « Ce ne sont pas seulement des musulmans qui tuent des chrétiens, ces gens ont plutôt le dessein de détruire toute la nation nigériane. Les dernières personnes qui ont été tuées ne sont pas des chrétiens mais des agents de police du gouvernement et de simples civils » a lancé l’archevêque d’Abuja. Le prélat nigérian n’hésite pas à remettre en cause les méthodes de lutte contre Boko Haram mises au point par les autorités. La solution trouvée jusqu’à présent est contre-productive - a dénoncé le cardinal - surtout lorsque les soldats procèdent à des arrestations de masse parmi les jeunes. Tout le monde est suspecté d’appartenir au groupe et cette méthode n’a pour effet que de grossir les rangs du groupe extrémiste.

Espérer que les membres de Boko Haram se fatiguent de cette situation

Mgr Onaiyekan a plaidé pour le dialogue, « pas forcément avec Boko haram mais au moins avec ceux qui comprennent les islamistes radicaux ». Leur but – a ajouté le prélat – est d’instaurer l’islam dans tout le pays. Mais il faut leur dire que cette solution est impossible. Lors de cet entretien l’archevêque d’Abuja n’a pas témoigné d’un grand optimisme dans son analyse de la situation. Selon lui il faut espérer maintenant que « ceux qui se sont engagés auprès de Boko Haram se sentent fatigués de cette situation et décident de revenir à une vie normale ».

(Photo : Des armes et des effets personnels de membres de la secte Boko Haram tués par l'armée nigériane)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité