HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-05-09 16:12:43
A+ A- Imprimer cet article



Le PKK a commencé son retrait de Turquie



Les rebelles kurdes du PKK ont commencé à se retirer hier de Turquie. C’est ainsi une nouvelle étape qui est franchie dans le cadre d’un processus de paix. Le but : mettre fin à près de 30 années de conflit. Ce retrait s’annonçait délicat. « Les combattants doivent sans doute profiter de la nuit pour se replier » vers les bases arrières du PKK dans le Kurdistan irakien, a précisé le député kurde, Selahattin Demirtas, co-président de la principale formation pro-kurde légale de Turquie, le Parti pour la paix et la démocratie (BDP).

Le PKK restera fidèle à son engagement de retrait

Une combattante du PKK utilisant le pseudonyme de Delal Amed a confirmé à l'agence pro-kurde Firat News un début de retrait, tout en mettant en garde Ankara. « Même si nos forces se retirent au-delà de la frontière, la guérilla n'hésitera pas, si nécessaire, à résister » contre toute attaque, a-t-elle dit. Selon le HPG, l'aile militaire du PKK, les premiers groupes de rebelles doivent parvenir « en l'espace d'une semaine » dans leurs bases irakiennes. Le PKK a ajouté qu'il resterait fidèle à son engagement de quitter le territoire turc dès lors qu'il n'était pas attaqué par les forces turques. M. Demirtas s'est lui aussi inquiété de l'intervention possible de « forces » autres que celles de l'armée pendant ce repli.

Malgré tout, le risque de déstabilisation le plus grand pèse en fait sur… la Syrie comme l'explique Samim Akgonul, chercheur au CNRS et professeur à l'Université de Strasbourg, à Olivier Tosseri RealAudioMP3

(photo : Un membre du PKK dans les montagnes en Turquie proche de la frontière avec l'Irak)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité