HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-05-25 13:57:43
A+ A- Imprimer cet article



Emeutes en Suède : la fin d'un modèle d'intégration ?



Plusieurs véhicules ont de nouveau été incendiés dans la nuit de vendredi à samedi dans des quartiers pauvres de Stockholm, la capitale suédoise. Des forces de sécurité supplémentaires ont été déployées sur place. Les émeutes en Suède semblent même faire tache d'huile puisque des véhicules et des bâtiments ont également été incendiés dans les villes moyennes d'Uppsala, d'Oerebro et Linkoeping.

Le chômage des jeunes et la difficile intégration d’immigrés explique en partie le malaise derrière ces explosions de violence. Cette flambée de violence fait les gros titres de la presse en Europe, peu habituée à évoquer des émeutes dans le pays scandinave. Des épisodes de violences qui sont directement liés à l’évolution du modèle socio-économique suédois comme nous l’explique Frédérique Harry, chercheuse au département des études scandinaves à la Sorbonne à Paris RealAudioMP3

Pour la chercheuse, ces émeutes s’expliquent principalement par « une montée des inégalités continue depuis une quinzaine d’années » qui a agrandi la fracture entre « ceux qui s’intègrent facilement et ceux qui, pour des raisons sociologiques, ont tendance à être exclus (et de façon continue) du marché du travail. »

Depuis 25 ans, un changement de modèle lié à une forte augmentation des inégalités

Pour Frédérique Harry, les réformes libérales prises par la Suède à la suite de la crise économique des années 1990 ont eu tendance à « miner un peu l’idée du collectif » qui caractérise le modèle scandinave, au profit d’un individualisme croissant. Selon elle, « les émeutes qui arrivent aujourd’hui sont le signe d’un problème qui existe depuis un certain nombre d’années. »

Les questions sociales, premières raisons des émeutes

Selon la spécialiste des études scandinaves, cela ne fait aucun doute : « les problématiques sociales sont celles qui sont venues en priorité ». Elle insiste notamment sur cette jeunesse marginalisée « qui se sent exclue, qui ne voit aucune perspective pour elle et qui est touchée par un chômage de masse ». Ces émeutes suédoises sont donc très proches de celles de France, de Londres ou de Copenhague.

La question communautariste, si elle n’est pas parmi les causes principales des émeutes, est canalisée par l’extrême droite pendant les émeutes : « des groupes de jeunes skinhead ont commencé à aller dans ces banlieues, soi-disant pour assurer la sécurité mais en réalité pour se confronter à ces émeutiers » et cela alimente la tension communautaire.

La Suède est encore aujourd’hui un pays d’accueil

Si la Suède est toujours une terre d’accueil, l’extrême droite se bat pour inverser cette politique d’immigration jugée trop favorable. Et ces émeutes arrivent parfaitement dans leur calendrier puisqu’un débat au Parlement sur les questions d’immigration est prévu pour la fin du mois, « justement demandé par l’extrême droite qui a fait son entrée au Parlement aux dernières élections en 2010 ».
Pour contrecarrer les projets de ces groupes extrémistes, le Premier Ministre a rappelé dès le début des événements que « la Suède est une terre d’accueil et c’est une très bonne chose aujourd’hui ».

Propos recueillis par Olivier Bonnel

(Photo : à Stockholm, des pompiers éteignent l'incendie d'une école mise à feu)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité