HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-05-25 13:50:55
A+ A- Imprimer cet article



Pour le pape, le travail est dû à l'homme



« La crise économique et sociale rend encore plus urgent de repenser et remettre en lumière la vérité et l’actualité du magistère social de l’Eglise ». Déclaration du pape ce samedi matin au Vatican. François recevait en audience les membres de Centesimus Annus, réunis ces derniers jours à Rome pour un congrès international. Pendant deux jours, ils ont réfléchi sur un thème qu’ils perçoivent comme une priorité pour le XXIème siècle, à savoir « Repenser la solidarité pour l’emploi ».
Une priorité également pour le pape François. Le compte-rendu de Marie Duhamel RealAudioMP3

Ce n’est plus seulement le Sud qui a un problème, mais le monde entier. Le manque et la perte de l’emploi, « le chômage sont un phénomène qui fait tache d’huile dans de vastes zone du monde occidental et accroît de manière préoccupante les confins de la pauvreté ». Le constat est dressé par le pape en personne.
Or, pour le pape, il n’y a pas « pire pauvreté matérielle que celle qui prive une personne de son gagne-pain, et de la dignité du travail ». Dès lors, repenser la solidarité ne doit plus être conçu comme « une simple assistance à l’égard des plus pauvres, mais comme la reconsidération globale d’un système », pour le réformer et le corriger afin qu’il soit « cohérent avec les droits fondamentaux de l’homme ».

Quelque chose est dû à l’homme, la possibilité de vivre dignement

Pour le pape, la crise n’est pas qu’économico-financière, ses racines sont éthiques et anthropologiques. « Suivre les idoles, le profit, l’argent, les placer au-dessus de la personne humaine est devenu, regrette-t-il, une norme fondamentale de fonctionnement, un critère décisif d’organisation ». On a oublié et on oublie encore qu’au-delà des affaires, de la logique de marché, il y a l’être humain, déplore-t-il. Pourtant « quelque chose lui est dû, en vertu de sa dignité profonde ». François estime qu’on devrait lui offrir la possibilité de « vivre dignement et de participer activement au bien commun ». Nous devons, conclut-il, remettre l’homme au centre, revenir à une vision plus éthique des activités et des rapports humains, « sans jamais avoir peur de perdre quelque chose ».

Centesimus Annus est une fondation instituée il y a 20 ans par Jean Paul II pour l’anniversaire de Rerum Novarum et qui œuvre à la promotion de la doctrine sociale de l’Eglise.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité