HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-05-31 15:42:01
A+ A- Imprimer cet article



Biennale de Venise : le Vatican veut reprendre contact avec l'art contemporain



Le Saint-Siège a inauguré son pavillon à la Biennale d’Art de Venise ce vendredi 31 mai en fin d’après-midi. C’est la première fois dans l’histoire de l’évènement que le Vatican y participe. Le Saint-Siège a choisi le thème de la Création pour cet évènement inédit qui se tient à l’Arsenal de Venise du 1er juin au 24 novembre 2013.

Koudelka, Caroll et Studio Azzurro pour le Saint-Siège

Trois artistes de renom ont accepté de relever le défi lancé par le Vatican : les italiens de Studio Azzurro, le tchèque Josef Koudelka et l’américain Lawrence Caroll. Une condition seulement pour ces trois créateurs : leur travail doit s’inspirer des onze chapitres du récit biblique de la Genèse. Les œuvres sélectionnées doivent également dialoguer entre elles. Ainsi le thème de la « Création », qui relate la création du monde et des êtres vivants, a été confié au groupe Studio Azzurro dont le travail est essentiellement basé sur la vidéo. Le célèbre photographe Josef Koudelka a puisé on inspiration autour du thème de la « Dé-Création » qui raconte la « destruction éthique et matérielle » par l’homme. Enfin la « Re-création » est l'œuvre de l'Américain d'origine australienne Lawrence Carroll, un artiste proche du mouvement de l’Arte Povera travaillant avec des matériaux de récupération.

La foi chrétienne doit reprendre contact avec l'art contemporain

Pour le cardinal Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture il s'agit de faire réfléchir sur « le lien entre les messages religieux et l'art », sur un texte commun au christianisme et au judaïsme qui parle aux croyants de toutes les religions, aux agnostiques et aux athées. Un texte universel qui puisse dialoguer avec l’art contemporain. C’est aussi une façon pour le cardinal Ravasi de reprendre contact avec l’art.

Car en effet depuis maintenant bientôt quatre siècles l’art et la foi chrétienne se sont éloignés. C’est le constat alarmant de Jérôme Alexandre, théologien, auteur de "L'art contemporain, un vis-à-vis essentiel pour la foi" paru en 2010 aux éditions Parole et Silence. « Les derniers grands moments d’une relation entre l’art et l’Eglise, c’est le temps du Baroque » affirme le professeur de théologie. L’Eglise s’est en effet adressé avec le temps à des artistes toujours plus académiques et moins créatifs. « Les défis, la grande liberté, le coté transgressif de l’art contemporain a rendu difficile le lien avec le monde chrétien. C’est indéniable et à la fois regrettable » explique Jérôme Alexandre. Ecoutez l'entretien dans son intégralité : RealAudioMP3

Deux mondes qui se tournent le dos

Mais pourquoi un tel éloignement ? Evidemment les préjugés opposent souvent l’art contemporain et la foi. Mais il y a surtout un malentendu. Pour le théologien, « les représentants de l’Eglise sont dans un éloignement par rapport à cette aventure car ils la comprennent mal, ils sont mal informés ». Cette désinformation peut se transposer d’ailleurs à toute l’Eglise universelle. « Dans le christianisme il y a une érosion de la compréhension de l’importance de la détermination sensible esthétique au cœur même de la révélation chrétienne » explique Jérôme Alexandre.

Les deux mondes sont pourtant à priori faits pour se comprendre. Car comme l’affirme le théologien : « les artistes témoignent d’une recherche de la vérité, du réel, du temps, de la vie , de la mort, de Dieu, ils travaillent en plus dans un très profond dépouillement ». De l’autre côté, l’Eglise « avec le Concile Vatican II a instauré un mouvement de retour aux sources, de purification. Mais ces deux mondes ne se rencontrent pas. Il n’existe tout simplement pas de reconnaissance ».

Le patriarcat de Venise s'insurge contre une sculpture « hors contexte »

Le Patriarcat de Venise a critiqué la proximité avec une église d'une statue gonflable présentée dans le cadre de la Biennale de Venise par l'artiste anglais Marc Quinn. L'œuvre représente une femme enceinte nue et sans bras. La figure d'environ six mètres de haut est une représentation de l'artiste Alison Lapper alors qu'elle était enceinte de huit mois, rapporte le 30 mai 2013 le quotidien britannique "The Guardian". L'artiste est privée de bras depuis la naissance. L'œuvre d'art a été placée à proximité d'une église de l'île vénitienne de San Giorgio Maggiore. Le Père Gianmatteo Caputo, responsable de l'héritage culturel pour le patriarcat de Venise, a affirmé que la statue ne lui paraissait « pas à sa place ». Il s'est dit perplexe quant à la décision d'ériger la forme gonflable aussi près d'une église, estimant que l'œuvre était « hors contexte » au vu de l'ensemble des autres réalisations présentées sur l'île.

(Photo : Un visiteur passe devant les photographies de Joseph Koudelka à la biennale de Venise 2013 dans le pavillon du Saint-Siège)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité