HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-06-12 19:27:00
A+ A- Imprimer cet article



Télévision publique grecque : le rôle ambigu de l’Union Européenne



L’Union Européenne a pris acte mercredi de la fermeture de l’ERT, la radio et télévision publiques grecques, annoncée mardi par le porte-parole du gouvernement Samaras et appliquée sans attendre. Bruxelles montre sa distance par rapport à cette décision en affirmant que l'exécutif européen « n'a pas demandé la fermeture de l’ERT » et rappelle que le service public audiovisuel occupe « une place essentielle dans la démocratie européenne ». Elle salue de plus l’annonce d’un projet de loi pour la création d’un nouvel organisme publique qui s’appellera Nerit.

Pourtant, cette décision est intervenue dans un contexte particulier de renforcement de la pression de la troïka, composée du FMI, de la Commission européenne et de la BCE, sur la Grèce. Ses chefs de file se trouvaient en effet à Athènes pour contrôler les comptes grecs et les réformes à prendre : réduction du nombre de fonctionnaires et restructuration des organismes publics sont vivement encouragés.

Le départ de 2 000 fonctionnaires d’ici à la fin du mois étaient demandés par les bailleurs de fond comme condition pour un nouveau prêt de 8,8 milliards d’euros. L’arrêt forcé des services de radio et de télévision publiques ont mis au chômage technique 2 656 employés de l’Etat : l’objectif est donc accompli. Pour le commissaire européen Olli Rehn, cette décision du gouvernement grec fait partie des « efforts nécessaires que les autorités font pour moderniser l’économie grecque ». Mais à quel prix ?

Austérité et démocratie sont-elles incompatibles ?

Dans cette affaire, l’Union Européenne se trouve face à ses contradictions : être membre de la troïka qui appelle à toujours plus d’austérité et donc de réduction du service public, et défendre les libertés individuelles. La liberté de la presse, la liberté d’informer et d’être informés sont touchées en Grèce par la fermeture de la source majeure d’informations pour l’opinion publique. Le pluralisme, pourtant crucial dans la conception européenne de la démocratie, en est affecté. La fin des transmissions de l’ERT aggrave de plus la situation de la vie culturelle grecque, déjà extrêmement affaiblie par la crise économique. L'archevêque orthodoxe d'Athènes s'est lui aussi opposé à la fermeture de l'ERT, qui retransmet la messe du dimanche.

En dépit de cette évolution délétère pour les citoyens grecs, Jean-Claude Juncker, le premier ministre luxembourgeois et ancien chef de file de l’Eurogroup se disait mardi optimiste pour la situation de la Grèce et félicitait l’UE d’avoir réalisé son objectif : maintenir la Grèce dans la zone euro. « Le résultat est là » disait-il. Aux journalistes et citoyens grecs de juger si c’est le résultat qu’ils attendaient. (J.Degosse)

(Photo : des employés et des protestataires devant le siège de l'ERT à Athènes)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité