HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-06-15 07:56:41
A+ A- Imprimer cet article



Le TSL ne met pas en accusation des organisations politiques, mais des individus



Le 13 décembre 2005, le Liban demandait aux Nations Unies de créer un tribunal à caractère international destiné à juger toutes les personnes présumées responsables de l’attentat du 14 février 2005. L’ancien Premier Ministre libanais Rafiq Hariri y avait trouvé la mort.

Le mandat du Tribunal spécial pour le Liban consiste donc à trouver et condamner les auteurs de l’attaque. Sa compétence peut être élargie aux attentats qui ont eu lieu au Liban entre le 1er octobre 2004 et le 12 décembre 2005 si le tribunal en établit le lien avec l’attentat du 14 février 2005 et s’ils sont d’une nature et d’une gravité similaires.

Plusieurs disfonctionnements ont été pointé du doigt ces dernières années : faux témoignage, démissions en cascades et surtout financement en grande partie américain qui suscite des soupçons d’instrumentalisation de la justice à des fins partisanes. Ce n’est pas le cas, selon Christopher Roy Black, juriste au sein du TSL, interrogé par Olivier Tosseri : RealAudioMP3

(Photo :l’ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité