HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-07-04 08:50:10
A+ A- Imprimer cet article



L'armée égyptienne renverse Mohamed Morsi



Mohamed Morsi a été renversé par l’armée mercredi soir. La constitution, suspendue. Le président déchu a été transféré au ministère de la Défense par les militaires, jeudi matin à l’aube. Son équipe était quant à elle détenue dans un bâtiment militaire.

L’Egypte se prépare maintenant à une transition très délicate. Le pays attendait jeudi matin la prestation de serment du nouveau remplaçant par intérim, le président du Conseil constitutionnel, Adly Mansour.

Scène de liesse et inquiétude

Les anti-Morsi faisaient la fête mercredi soir, après l’annonce de l’armée, devant le palais présidentiel et sur la symbolique place Tahrir. Liesse, mais pas seulement. Quatre partisans de Mohamed Morsi au moins sont morts dans des affrontements avec des militaires et des policiers, notamment à Alexandrie, dans le nord du pays.

A l’étranger, l’inquiétude. L'Union européenne a réclamé une nouvelle présidentielle rapidement. Le président américain Barack Obama s’est dit « inquiet », il a appelé à réviser l'importante aide militaire à l'Egypte. Inquiet aussi, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

Les prières des chrétiens égyptiens accompagnent leur pays

Les chrétiens égyptiens accompagnent de leurs prières les heures dramatiques que connaît leur pays. Ils prient pour que cesse l’effusion de sang et pour que l’Egypte ne replonge pas dans la guerre civile. Jamais l’Egypte n’a connu de mouvement de contestation de cette ampleur, comme le souligne l’évêque copte catholique d’Assiout.

Mgr William Kyrillos revient, avec Hélènes Destombes, sur le rôle que les leaders religieux peuvent jouer dans ce contexte : RealAudioMP3

L’évêque copte catholique d’Assiout évoque aussi une situation exacerbée par le discours mardi soir du président renversé, qui n’a pas, selon l’évêque copte catholique, écouté la voix du peuple : RealAudioMP3

Selon le père Rafic Greiche, responsable de la Communication des évêques catholiques d’Egypte, plus de 80% des Egyptiens, chrétiens et musulmans, riches et pauvres, rejettaient le gouvernement Morsi et soutiennent la contestation populaire.

Interrogé par l’agence vaticane Fides, le Père Greiche affirme que c’est la déception face à l'aggravation de la situation économique, politique et sociale qui est à l'origine des manifestations.

(Photo : dans les rues du Caire mercredi soir)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité