HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-07-05 11:46:59
A+ A- Imprimer cet article



Le coeur du message de Dieu est la miséricorde



Le cœur du message de Dieu est la miséricorde : c'est ce que le Pape François a affirmé à la messe en la Maison Sainte Marthe en commentant un passage de l'Evangile selon Saint Matthieu. Etait présent un groupe d'employés du governorat. La messe a été concélébré avec le pape, par le cardinal Jorge Liberato Urosa Savino, archevêque de Caracas, en ce jour, fête nationale au Venezuela.

«Je veux la miséricorde et non le sacrifice»: le pape a répété les mots de Jésus aux Pharisiens qui critiquent le Seigneur qui mange avec les pécheurs. Et les publicains – explique-t-il – « étaient doublement coupable, parce qu'ils étaient attachés à l'argent et même traîtres à la patrie», encaissant les impôts de leur peuple pour le compte des Romains. Jésus, donc, voit Matthieu, le collecteur d'impôts, et le regarde avec pitié:

«Et cet homme, assis au bureau des impôts, Jésus le regarde dans un premier temps et cet homme entend quelque chose de nouveau, quelque chose qu’il ne savait pas – le regard de Jésus sur lui – il en est stupéfait, il entend l'invitation de Jésus: «Suivez-moi! Suivez-moi !». A ce moment, cet homme est plein de joie, mais il doute aussi un peu, car il est tellement attaché à l'argent. Il a suffi d’un seul – et nous savons comment le Caravage a réussi à l’exprimer : cet homme qui regardait, mais aussi prenait l’argent avec ses mains – un moment unique où Matthieu dit oui, quitte tout et va avec le Seigneur. C'est le moment de la miséricorde reçue et acceptée: «Oui, je viens avec toi!. » C'est la première rencontre, une expérience spirituelle profonde. »

« Puis vient un second moment : la fête », « le Seigneur fait la fête avec les pécheurs »: il célèbre la miséricorde de Dieu qui «change la vie». Après ces deux moments, la stupeur de la rencontre et la fête, vient celui du « travail quotidien », celui d’annoncer l'Evangile :

«Ce travail doit se nourrir du souvenir de cette première rencontre, de cette fête. Ce n'est pas un moment, c'est temps qui dure jusqu'à la fin de la vie. Le souvenir. Le souvenir de quoi? De ces faits! De cette rencontre avec Jésus qui a changé ma vie! De sa miséricorde! De celui qui a été si bon pour moi et m'a dit: «Invite tes amis pécheurs, que nous fassions la fête!». Ce souvenir donne la force à Matthieu et à tous pour aller de l'avant. «Le Seigneur a changé ma vie! J'ai rencontré le Seigneur ! ». Souvenez-vous en toujours. C’est comme souffler sur les braises du souvenir, non? Souffler pour préserver le feu, toujours. »


Dans les paraboles évangéliques il est question du refus de nombreux invités à la fête du Seigneur. Et Jésus est allé «chercher les pauvres, les malades et a fait la fête avec eux .» « Et Jésus, continuant avec cette habitude, fait la fête avec les pécheurs et offre aux pécheurs la grâce. Je veux la miséricorde et non le sacrifice. Je ne suis pas venu, en fait, pour appeler les justes, mais les pécheurs ».


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité