HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Sciences et Ethique  > dernière mise à jour: 2013-07-10 16:30:07
A+ A- Imprimer cet article



Loi sur l'embryon : Mgr D'Ornellas souhaite un vrai débat national



A la veille de l'examen à l'Assemblée Nationale de la proposition de loi concernant la recherche sur l'embryon, Mgr Pierre d'Ornellas, au nom de la Conférence des évêques de France (CEF), a souhaité mardi l'ouverture d'un large débat.

L’ archevêque de Rennes, qui travaille sur les questions de bioéthique pour la Conférence des évêques de France rappelle dans un communiqué que « nul n'est une personne sans avoir été d'abord un embryon humain». Pour lui « le choix entre le principe d’interdiction et l’autorisation encadrée doit faire l’objet d’un vrai débat qui conduise sereinement à une solution de progrès ».



« Faut-il avoir peur du débat ? Certainement pas ! » : Mgr d’Ornellas, qui, à de nombreuses reprises déjà, a interpellé sur l'identité de l'embryon humain, est très clair sur la nécessité d’écoute et de dialogue. « Ces derniers mois, souligne-t-il, ont montré à tous à quel point la faute politique est grande de ne pas organiser le débat pour que chacun puisse s'exprimer, écouter et réfléchir, en particulier sur les questions sociétales. Les États Généraux de la bioéthique en 2009 en sont l’exemple, ils ont permis un vrai 'dialogue ' entre les composantes de la société».

Ce n'est pas sans raisons, solidement établies, que ce débat de bioéthique s'est conclu en juillet 2011 par le maintien dans la loi du principe d'interdiction de la recherche sur l'embryon humain et sur les cellules souches embryonnaires. « Certains veulent aujourd'hui que cette recherche soit autorisée, moyennant un encadrement. L'enjeu est majeur : avec l'autorisation, pour la première fois dans notre droit, il serait légal d'utiliser l'être humain ! »

C'est pourquoi, le législateur de 2011 a pensé nécessaire de mettre dans la loi que tout changement législatif sur la bioéthique devra être précédé d'un débat sous forme d'États Généraux. Mgr D’Ornellas s’interroge donc : « Pourquoi cet article de loi ne s'appliquerait-il pas à la recherche sur l'embryon humain ? Pourquoi avoir peur du débat en confinant aujourd'hui l'examen de cette question dans une soirée parlementaire ? » un vrai débat, qui conduise sereinement à une solution de progrès… Or, indique l’archevêque de Rennes, le progrès n'est vrai que si éthique et science sont reliées. Le principe d'interdiction de recherche sur l'embryon humain, poursuit-il, alerte sur l'existence de l’écosystème humain. « Ne pas le respecter se retourne toujours, à plus ou moins longue échéance, contre nous. La science ne peut guider les choix politiques. Ceux-ci doivent discerner comment l'écosystème humain, qui précède l'État, est promu. L'écologie, si nécessaire et urgente, est aussi humaine », conclut Mgr d'Ornellas.


Avec Apic

(Photo : vue microscopique d'un embryon)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité