HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-07-12 17:04:31
A+ A- Imprimer cet article



Présidentielle au Zimbabwe : les libertés politiques restreintes selon Amnesty



Le spectre des violences post-électorales de 2008 ressurgit au Zimbabwe. Amnesty International a publié un rapport ce vendredi sur l’élection présidentielle qui se déroulera le 31 juillet prochain. Rapport dans lequel l’organisation de défense des droits de l’Homme souligne un climat de restriction des libertés politiques.

Le scrutin voit s’affronter le président sortant Robert Mugabe, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980, et son Premier ministre, Morgan Tsvangirai, les deux candidats d’il y a cinq ans. Comme à l’époque, le climat est tendu et les actes d’intimidation envers les candidats ou les partisans du chef du gouvernement et chef du MDC ( Mouvement pour un changement démocratique) se multiplient à l’approche de l’élection. C’est ce que relève Amnesty dans son rapport sur lequel revient Quentin Ferral, coordinateur pour l’Afrique australe à Amnesty France. Il est interrogé par Xavier Sartre RealAudioMP3

« Amnesty International a mené depuis 2008 une quinzaine d’enquêtes sur le terrain, interrogeant des militants des droits de l’Homme, des autorités officielles et des journalistes. Nous constatons que depuis l’adoption de la Constitution, il y a de nombreuses intimidations de la part des forces de sécurité qui entravent le travail des ONG locales », explique-t-il. Des militants sont ainsi arrêtés et retenus au poste de police pendant quelques heures, sans que des poursuites pénales soient nécessairement entreprises. Des locaux d’organisations ont été visités par des policiers ou des membres des forces de l’ordre afin de « dissuader ces militants de faire leur travail ou de dissuader même les électeurs de se rendre aux urnes ».

Police et armée aux mains de Mugabe

Cet état de fait que dénonce Amnesty International montre bien que l’essentiel de l’appareil sécuritaire du Zimbabwe est demeuré dans les mains de Robert Mugabe et de ses partisans. Morgan Tsvangirai, pourtant chef du gouvernement depuis la fin de la crise politique post-électorale, n’est pas parvenu à contrebalancer l’influence de celui préside aux destinées du pays d’une main de fer depuis trente-trois ans.

Face aux craintes de nouvelles irrégularités lors du vote, Amnesty International appelle les observateurs africains de la SADC, la Communauté de développement des Etats d’Afrique australe, à ne pas vérifier que les opérations de vote mais de voir ce qui se passe dehors pour s’assurer que tous les électeurs aient la possibilité de voter.

De son côté, l’Union européenne, qui « aurait voulu davantage de réformes » avant les élections, lèvera ses sanctions contre le régime zimbabwéen si le scrutin est validé par les observateurs régionaux. C’est ce qu’a fait savoir l’ambassadeur de l’UE, Roland van de Geer ce vendredi depuis l’Afrique du Sud. Il a réclamé des réformes notamment dans les secteurs de l’armée et de la police, points sensibles.

(Photo: Robert Mugabe, président du Zimbabwe)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité