HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-07-26 14:19:42
A+ A- Imprimer cet article



Intervenir ou se taire ? L'Eglise suisse s'interroge



Dans une société pluraliste comme celle de la Suisse, l’Eglise doit-elle encore prendre position publiquement, ou ne devrait-elle pas plutôt s’en abstenir ? Telle est la question que pose Mgr Charles Morerod, au nom de la Conférence des évêques suisses à l'occasion de la fête nationale du 1er août. Dans son message, l'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg relève notamment que "les positions des chrétiens ne sont pas purement individuelles, car l’être humain vit en société et la foi chrétienne intègre cette dimension communautaire." Mgr Morerod rappelle d'entrée que l'on "trouve une inspiration évangélique assez directe dans la Constitution fédérale, dont le Préambule, qui commence par invoquer le 'Dieu tout-puissant', affirme que 'la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres'".

La vengeance est plus spontanée que le pardon

Adopter cette attitude évangélique n’a jamais été évident, rappelle l'évêque: "la vengeance est plus spontanée que le pardon, et toute société tend à se satisfaire de l’oubli de ses pauvres. Pourtant le pardon et l’intégration des faibles sont essentiels à la possibilité même d’une communauté humaine paisible". Selon une étude nationale récente, une grande partie des Suisses voit l’impact des Eglises (pas seulement de l’Eglise catholique) comme positif au moins pour les marginaux. Toutefois on ne remarque pas toujours que cet apport social dépend d’une foi vivante, regrette Mgr Morerod. Si au plan individuel comme au plan ecclésial, l’impact des chrétiens n’est pas toujours à la hauteur de l’Evangile, cela n’est pas une raison de ne pas annoncer cet Evangile. "Au contraire, nous l’annonçons à nous-mêmes et aux autres comme source de renouvellement offerte par Dieu à l’accueil de notre liberté."

Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile!

Pour les évêques suisses, une vision chrétienne de la vie humaine peut apporter beaucoup de chose à la société. Elle rappelle d'abord que "l’homme n’est pas purement matériel et une vision purement matérialiste ne suffit pas à rendre heureux." Le christianisme invite ensuite "à dépasser l’égoïsme, en nous rappelant que la vie présente n’est pas notre seule perspective". Il pousse aussi à s'ouvrir à l'étranger, porteur d'une autre culture ou d'une autre religion. Si les évêques s’expriment publiquement sur des sujets de société, ils le font en écoutant les autres positions, et en espérant pouvoir être aussi écoutés avec la bienveillance présupposée par une société démocratique. "Et quoi qu’il arrive nous nous souvenons du cri de l’apôtre saint Paul : Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile! " conclut Mgr Morerod. (apic)

(Photo: Mgr Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité