HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-08-03 19:19:32
A+ A- Imprimer cet article



Boko Haram, un problème de corruption selon un évêque nigérian



La secte islamiste Boko Haram n’en finit pas de semer la terreur au Nigeria. Dernières attaques le 30 juillet où plusieurs explosions ont eu lieu dans des bars d’un quartier de Kano, deuxième ville du pays. Face à cette violence endémique, les chrétiens ne perdent pas courage. Dans une interview accordée à l’Aide à l’Église en détresse, l’évêque de Maiduguri, Mgr Oliver Dashe Doeme souligne que les fidèles de son diocèse sont « très courageux et n’ont pas peur », Même peu après les attentats terroristes contre des églises, les gens continuent de venir « en grand nombre » aux offices religieux explique le prélat, et malgré le danger de mort et les menaces permanentes, les prêtres restent dans leurs paroisses et continuent d’assurer leur service ».

Mais la lutte contre la secte islamique n’est pour l’évêque pas un problème religieux ou uniquement sécuritaire, c’est avant tout une question politique qui met le doigt sur les maux du Nigeria. Mgr Dashe Doeme désigne ainsi « Boko Haram » comme un « produit de la corruption ». Selon lui, pour restaurer la paix, il est donc indispensable de lutter contre la corruption sévissant dans tout le pays et d’offrir des perspectives d’avenir aux jeunes. L’évêque dénonce aussi certains groupes qui n’hésitent pas à manipuler la jeunesse sans perspectives.

Les maux ne viennent pas des différends ethniques ou religieux

L’évêque de Maiduguri dénonce également une mauvaise redistribution des ressources naturelles du pays, en particulier la rente pétrolière. La corruption ainsi que la concentration unilatérale de l’économie sur l’extraction de pétrole, aux dépens d’autres secteurs économiques, notamment l’agriculture, qui ne bénéficie d’aucun appui, constitue un énorme inconvénient pour ce pays d’Afrique occidentale. Il est donc essentiel d’agir.

Selon Mgr Doeme, l’Église au nord du Nigeria doit affronter de grands défis pour reconstruire ses sanctuaires et autres édifices religieux dévastés par les attentats terroristes et pour assurer la pastorale des veuves et des orphelins.Les attentats de Boko Haram et la répression menée par les forces de sécurité ont fait au moins 3.600 morts depuis le début de l’insurrection en 2009, selon l’ONG Human Rights Watch. (Avec AED)

(Photo: un soldat nigerian patrouillant près d'un ancien camp de Boko Haram dans l'état de Borno)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité