HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-08-06 13:07:14
A+ A- Imprimer cet article



Hassan Rohani, le modéré qu’attendait l’Iran



Qui est le nouveau président de la République islamique d’Iran ? Hassan Rohani, 64 ans, proche du Guide suprême de la Révolution, l’ayatollah Khamenei, n’est pas un inconnu pour les Iraniens qui l’ont élu dès le premier tour de la présidentielle.

Retour sur la figure de Hassan Rohani avec Yann Richard, professeur émérite à Paris Sorbonne nouvelle et spécialiste de l’Iran, auteur de « L’Iran de 1800 à nos jours » aux éditions Flammarion RealAudioMP3 Propos recueillis par Xavier Sartre

Après l’agitation des deux mandats de Mahmoud Ahmadinejad, Hassan Rohani apparait comme un modéré, ce que semble confirmer, selon Yann Richard, professeur émérite à Paris Sorbonne nouvelle et spécialiste de l’Iran, le choix de ses ministres : « il n’y en a qu’un qui a travaillé avec Mahmoud Ahmadinejad ». « Il veut plutôt se rapprocher de Khatami (1997-2005) qui a laissé un bon souvenir auprès des occidentaux ».

« Reste à savoir si les occidentaux, vu la crise syrienne, vu toutes les turbulences du Moyen-Orient, sont prêts à prendre la main qui leur est tendue », s’interroge le professeur. Car le nouveau président est prêt au dialogue sur le dossier délicat du programme nucléaire de son pays qui a poussé les Occidentaux à prendre des sanctions contre l’Iran. Il l’a affirmé publiquement lors de sa prestation de serment dimanche devant le parlement. Certes, la position officielle de l’Iran sur la question ne changera pas. Téhéran revendique toujours le droit d’avoir accès à la technologie nucléaire.

Les sanctions, la priorité pour le gouvernement

Le dossier du nucléaire est perçu comme une priorité aussi bien par les Occidentaux que par les Iraniens eux-mêmes, directement confrontés aux conséquences des sanctions imposées notamment par les Etats-Unis et l’Union européenne. L’économie iranienne en souffre beaucoup, la monnaie ne vaut plus rien, et les Iraniens peinent à voyager à l’étranger.

Pour le chercheur, il faut que les Occidentaux prennent en compte le fait que les « Iraniens sont fiers d’avoir accès à cette technologie et d’être ainsi considérés comme une puissance ». « Il n’y a pas de raison pour eux qu’on leur interdise de développer cette technologie sous prétexte qu’elle a des applications militaires quand Israël, le Pakistan et l’Inde, des pays avec lesquels les Occidentaux ont des contacts étroits, ont tous les trois des armements nucléaires et que cela ne nous pose pas de problème. » Les Iraniens veulent la technologie nucléaire et pour Yann Richard, « il faudra un jour qu’on le reconnaisse ».

Photo: Hassan Rohani


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité