HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-08-21 14:53:37
A+ A- Imprimer cet article



L'archevêque de Bangui près des déplacés



En République centrafricaine, l’archevêque de Bangui a rendu visite à 2 400 évacués qui ont dû fuir leurs villages à cause des massacres perpétrés par les rebelles de la Seleka. Mgr Dieudonné Nzapalainga est l'une des rares voix dans le pays qui s’est levée contre l'injustice et la violence. Selon l’agence vaticane Fides, la visite a commencé le 17 août à Bozoum par une rencontre avec les délégués des huit villages dont proviennent les évacués. Plusieurs réfugiés continuent d’arriver dans cette ville. Leurs représentants ont présenté la situation et exprimé leurs besoins : médicaments, nourriture, abris…

"Ce n'est pas vrai...rien de tout cela ne s'est passé"

Les réfugiés sont terrorisés ; ils témoignent des cas d’assassinats et de violence sur la population civile ; certains ont été ligotés et roués de coups. Les corps des tués sont jetés dans la rivière. A Bozoum leur situation humanitaire est très délicate. Un missionnaire italien explique que l’administration locale a été déstructurée : les rares fonctionnaires encore en place sont impuissants car tout est entre les mains des rebelles qui administrent eux-mêmes la justice.
« Nous traversons le fleuve et allons rencontrer les rebelles – raconte le père Gazzera - Leur chef, affalé sur une chaise, ne parle qu’arabe. Son adjoint sert d’interprète. Nous disons que nous sommes venus visiter les villages touchés par leurs violences et par les meurtres mais le chef déclare que cela n’est pas vrai, que rien de tout cela ne s’est passé. Je le lui fais répéter par deux fois ».

Climat d'insécurité généralisée

Pendant sa visite à Bozoum, l’archevêque de Bangui a par ailleurs rencontré le consul du Tchad, pays dont proviennent de nombreux rebelles pour réclamer son intervention avant de partir en direction de Bossangoa pour y poursuivre sa mission de solidarité. Depuis la chute du régime Bozizé, le pays vit dans un climat d'insécurité généralisée. Dans la nuit de mardi à mercredi, des tirs nourris ont été entendus dans deux quartiers de Bangui, la capitale, lors d'une opération de désarmement de partisans de l'ex-président François Bozizé menée par les forces du nouveau régime centrafricain.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité