HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Justice et Paix > dernière mise à jour: 2013-08-26 16:12:32
A+ A- Imprimer cet article



RDC : reprise de la violence au Nord-Kivu



Une enquête a été demandée par la MONUSCO (la mission de l'ONU en République démocratique du Congo) pour déterminer les causes de la mort de deux manifestants dans la ville de Goma, la capitale du Nord-Kivu où des habitants ont accusé dimanche les Casques bleus uruguayens d'avoir tué ces civils en tirant sur la foule.

Depuis quelques jours, les violences se sont intensifiées dans le Nord-Kivu. Les combats ont repris à Goma entre l’armée congolaise et les rebelles du mouvement M-23. Le M-23 est un groupe créé en 2012 par des Tutsis, l'ethnie au pouvoir au Rwanda, pays frontalier du Nord-Kivu. Kinshasa et l'ONU ont accusé le Rwanda de soutenir la rébellion, ce que Kigali a toujours démenti. Vendredi, l’ONU a officialisé son entrée dans les combats du Nord-Kivu aux côtés de l’armée congolaise.

L'ONU aux côtés de l'armée congolaise

Cette annonce est intervenue au lendemain d'une attaque du M-23 sur la ville de Goma : des tirs d’obus ont fait « une vingtaine de blessés et une dizaine de morts » selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha). Dimanche,devant l’évolution de la situation dans le Nord-Kivu, le ministère britannique des Affaires étrangères a retiré son personnel « par mesure de précaution »

Parallèlement, le gouvernement congolais a signé un accord tripartite avec l’Angola et l’Afrique du Sud pour « la stabilisation de la région des Grands Lacs ». L’accord prévoit un soutien logistique militaire et policier.

Appels au calme

Avec la reprise de la violence après quelques mois de trêve, les appels au calme se sont multipliés. Le 4 août, au cours d’une célébration religieuse, l’Evêque du diocèse de Goma Mgr Théophile Kaboyi Ruboneka avait dénoncé la criminalité et le climat d’insécurité, dû aux enlèvements et à la corruption.

De son côté, la Caritas lance un appel aux institutions internationales (ONU, Union africaine, Union européenne), aux gouvernements africains et aux entreprises d’exploitation de minerais pour s’attaquer « une fois pour toutes aux causes de cette violence récurrente, en privilégiant le dialogue dans la vérité et la transparence pour trouver, de toute urgence, une solution juste et concertée, capable de mettre définitivement fin aux souffrances des populations civiles de l’Est de la RDC, et éviter de les plonger dans le désespoir et la violence ».


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité