HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-09-06 07:48:50
A+ A- Imprimer cet article



L'économie, enjeu des élections australiennes



Economie, immigration et environnement : ce sont les principaux thèmes de campagne des élections législatives fédérales en Australie qui ont lieu ce samedi 7 septembre. Le Premier ministre Kevin Rudd défend les couleurs des travaillistes au pouvoir depuis 2007 et tente de limiter une défaite annoncée, si l’on se réfère aux derniers sondages. Face à lui, la coalition libérale-nationale dirigée par Tony Abbott, espère bien reprendre les rênes du pays.

Kevin Rudd, à la tête du gouvernement depuis le 26 juin dernier, a retrouvé un poste dont il avait été évincé par son propre parti en 2010. Remplacé par sa vice-Premier ministre Julia Gillard, cette dernière est également mise en minorité. Ce passage de témoin entre les deux figures majeurs du Labor australien, ne facilite pas les chances du parti de conserver le pouvoir.

Pourtant, l’Australie ne connait pas la crise que supportent les autres pays occidentaux. Le taux de croissance est largement positif, le taux de chômage est bas et l’endettement ferait pâlir d’envie tous les pays européens. Malgré un bilan qui apparait à première vue positif, les travaillistes ne sont donc pas en position de favoris et pourraient bien passer la main aux libéraux-nationaux.

Les Australiens sont en effet principalement préoccupés par les questions économiques comme nous le confirme Fabrice Argounès, professeur de relations internationales et de géographie à l’université Paris XIII : RealAudioMP3

« il y a le sentiment que l’âge d’or de l’économie australienne qui a reposé sur le boom minier soutenu par les exportations vers la Chine, est en train de se terminer », explique Fabrice Argounès. Les deux candidats se sont donc logiquement emparé de ce thème et ont axé leur campagne sur la prospérité future, arguant, comme l’a fait Kevin Rudd, que l’Australie était « à la croisée des chemins ».

Les chiffres de l’économie australienne, vus d’Europe font cependant envie : chômage à 5,7 % de la population active (mais chiffre en augmentation constante depuis plusieurs années), croissance du PIB de 2,5 % en 2013 (mais de 3 % en 2012), dette de l’Etat représentant 22 % du PIB : malgré cela, les Australiens sont inquiets.

Les questions d’immigration ont occupé le devant de la scène. Pays traditionnel d’immigration depuis deux siècles, depuis sa fondation, l’Australie a mis en place une politique envers les réfugiés plus restrictives que par le passé. Ce problème, qui parait mineur en comparaison avec la situation en Europe, bénéficie d’une forte couverture de la part de « la presse de Rupert Murdoch » explique le chercheur. Cet effet de loupe a mis en lumière ce qui a été perçu par les Australiens comme des faiblesses dans leur politique migratoire. La chute du Julia Gillard et son remplacement par Kevin Rudd s’explique notamment par cela. « La nouveauté de l’été est que Kevin Rudd a présenté à la mi-juillet une nouvelle loi sur les réfugiés qui interdisait leur installation sur le sol australien. Ce qui était très dur en comparaison avec d’autres pays dans le monde. Cela a permis aux travaillistes de concurrencer la coalition d’opposition », explique Fabrice Argounès.

Les questions environnementales ont été très présentes ces dernières années dans les débats politiques en Australie. Rien d’étonnant dans la mesure où les travaillistes comptent comme allié les écologistes. Ils n’auraient d’ailleurs pas pu gouverner sans eux lors de la dernière législature (2010-2013).La « taxe carbone » mise en place par Julia Gillard a contribué, comme le problème des réfugiés, à fragiliser les travaillistes. C’est pourquoi, là aussi, Kevin Rudd a changé de cap et adouci la position de la gauche. « Il a annoncé lors de sa première semaine au pouvoir, une baisse drastique de la taxe carbone des deux-tiers, voire des trois-quarts. » L’opposition milite en faveur de son abolition pure et simple pour aider les entreprises confrontées à un ralentissement de la croissance dû à une baisse des exportations vers la Chine.

Malgré l’impulsion donnée par Kevin Rudd à la tête du gouvernement depuis son retour aux affaires fin juin, malgré un bilan global plutôt positif, le parti travailliste ne devrait pas l’emporter. Mais les élections sont loin d’être gagnées et l’Australie pourrait se retrouver dans la situation d’il y a trois ans quand aucun parti n’avait obtenu de majorité absolue, contraignant les travaillistes à s’allier aux Verts.

Xavier Sartre, avec agences

(Photo : Affiche de campagne du Premier ministre Kevin Rudd)


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité