HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-09-12 19:34:54
A+ A- Imprimer cet article



Six mois de pontificat : le bilan du père Lombardi



Dans une interview à Radio Vatican, le père Lombardi revient sur les six premiers mois du pontificat de François. Comme le fait le pape dans ses homélies, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège propose trois mots pour qualifier trois nouveautés apportées par ce pontificat.

François. Il y a d’abord ce nom choisi par le cardinal Bergoglio le jour de son élection et depuis, le Pape lui-même s’en est expliqué : « François renvoie aux pauvres, à la paix et à la sauvegarde de la Création ». Selon le père Lombardi, ces thèmes sont les fondements de ce nouveau pontificat – au moins la question des pauvres et de la paix – et cela s’est vu particulièrement ces dernières semaines avec « l’engagement courageux » du Pape pour la paix au Proche-Orient.

Deuxième idée mise en exergue par le père Lombardi : la fin de l’eurocentrisme. Tous les papes sont universels et « ont eu le monde entier à cœur », mais le choix d’un Pape qui vienne d’un autre continent signifie quelque chose de « spécifique dans le style »_ le rapport direct de François avec les gens, son langage simple et son rapport à la pauvreté_ et pour le futur de l’Eglise ». Une ouverture d’horizon vécue de manière « positive ». « C’était quelque chose de souhaiter par l’Eglise et par les cardinaux », confirme le père Lombardi.

Enfin dernier mot clé : la Mission. Le nouveau Pape insiste sur le fait que l’Eglise ne doit pas être autoréférentielle, mais en mission. Avec François, « la barque de l’Eglise voyage avec détermination vers le large, sans peur et même avec la joie de pouvoir rencontrer le mystère de Dieu dans de nouveaux horizons », exactement ce que souhaitait Jean Paul II pour l’Eglise du troisième millénaire dans sa lettre Duc in altum.


Transmettre aux croyants et non-croyants l’amour de Dieu


Lors de ces six mois de pontificat, avec son style propre, le pape a secoué les chrétiens et s’est rapproché les personnes plus éloignées de l’Eglise. Son langage direct, son comportement et son style de vie ont « touché en profondeur, suscitant intérêt et enthousiasme », mais le directeur de la salle de presse du Saint-Siège « espère et crois » que si le pape touche les cœurs, c’est parce que, conscient des blessures que peut ressentir l’homme croyant ou non-croyant ( frustrations, marginalisation, pauvreté, injustice), il insiste énormément sur la miséricorde et l’amour de Dieu, « toujours prêt à pardonner » et qui « aime toutes les personnes humaines ». Pour le père Lombardi, c’est de cette vérité que part en réalité le comportement et le style du pape.


Que réservent les prochains mois de pontificat ?


Refusant de jouer au prophète, le père Lombardi affirme que les thématiques autour du gouvernement de l’Eglise seront centrales. Le pape consultera ses collaborateurs de la Curie, puis dès octobre les huit cardinaux qu’il a nommé conseillers. Cela dit, précise le directeur de la Salle de presse, « je ne voudrais pas qu’on surévalue ce qui touche aux réformes de structures (…) Ce qui compte, c’est la réforme pérenne de la vie de l’Eglise » ; une église « qui chemine, proche de l’humanité, en particulier de ceux qui souffrent et qui ont le plus besoin de l’amour de Dieu ».
Le père Lombardi tient en outre à souligner que le pape n’est pas « une personne qui pense avoir en main une projection organisée de l’Histoire », c’est une personnes « qui écoute le Saint Esprit et cherche à le suivre avec docilité ».


Deux papes au Vatican : le recette du succès ?


Il y a six mois, pour la première fois dans l’histoire de l’Eglise, deux papes ont commencé à vivre au Vatican et cette cohabitation se poursuit « très bien ». « Nous sommes tous contents, à commencer par François, de la présence du pape émérite », explique le père Lombardi. Benoît XVI s’est tenu à sa promesse de continuer à cheminer avec l’Eglise mais dans la prière et non de manière opérative. « Même si nous ne le voyons pas souvent, je crois que nous sentons tous la présence de son affection , de sa prière, de sa sagesse et de son conseil (de Benoît XVI) qui est toujours à disposition de son successeur. François entretient d’ailleurs un « rapport personnel » et « cordial » avec Benoît XVI comme le montre ses visites, notamment avant et après les dernières Journées mondiales de la Jeunesse à Rio.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité