HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-09-13 19:00:18
A+ A- Imprimer cet article



Russie et Iran : alliance d'intérêt



Le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai s’est ouvert vendredi à Bichkek, la capitale du Kirghizistan. Il s’agit d’une alliance militaire euroasiatique dans laquelle la Russie joue un rôle central. En marge de ce sommet, son président, Vladimir Poutine, a reçu son homologue iranien, Hassan Rohani.

Ce dernier a notamment déclaré attendre de la Russie de « nouvelles mesures » pour résoudre la crise autour du programme iranien. De son côté, Vladimir Poutine a souligné qu’il espérait « une coopération fructueuse avec l’Iran ». Une coopération qui pourrait se conclure notamment par la vente à Téhéran, de puissants missiles aériens, selon une source russe citée par le quotidien nationale Kommersant.

Alors dans le contexte de la crise syrienne, que cherche Moscou en voulant vendre des armes à l’Iran ? Qu’est-ce que cette rencontre nous apprend sur les relations russo-iraniennes ?

Les explications d’Isabelle Facon, maître de recherche à la Fondation pour la Recherche stratégique et spécialiste des politiques de sécurité et de défense russes. Elle est interrogée par Audrey Radondy RealAudioMP3

« Ces dernières années, les ventes d’armes à certains pays et notamment à l’Iran ont alerté les pays occidentaux, les États-Unis en premier lieu, mais aussi Israël. Et c’est en partie à cause de cette pression que la Russie a, à diverses reprises au cours des dernières années, annulé ou suspendu des ventes d’armes. Sur le dossier nucléaire, il s’agit de coopération nucléaire civile et je crois que maintenant tout le monde en Occident considère qu’on ne peut pas parler de contribution de la Russie au programme militaire iranien. Quant aux ventes d’armes, la question qui se pose c’est : est-ce qu’il s’agit des missiles S300 que la Russie a refusé de vendre à l’Iran malgré l’existence d’un contrat ? D’une façon générale, il s’agit pour la Russie de prendre position de manière assez forte et symbolique grâce à des coopérations militaires, à un moment où la communauté occidentale est un peu sur les charbons ardents concernant l’instabilité au Moyen-Orient et évidemment, le dossier nucléaire iranien fait partie des grandes questions à ce sujet.

Est-ce que Moscou veut faire rentrer l’Iran dans la crise syrienne ?

L’Iran est très bien rentré tout seul dans la crise syrienne et de différentes manières. Sur le plan diplomatique, c’est vrai que la Russie et l’Iran ont toujours affiché une solidarité sur les points principaux, à savoir qu’il s’agit d’une affaire intérieure syrienne, qu’il ne doit pas y avoir d’ingérence extérieure dans ce dossier et donc pas d’intervention militaire occidentale pour contribuer à régler cette crise. Donc d’une certaine façon, ça rappelle la position de la Russie qui depuis le début considère qu’à travers l’affaiblissement du régime de Bachar al-Assad, les Occidentaux espèrent aussi se doter d’outils de pression pour atteindre l’Iran. Je ne serai pas du tout surprise que la Russie réitère ce qu’elle a toujours dit sur le dossier syrien, à savoir qu’une solution qui ne prendrait pas en compte le point de vue de l’Iran ne serait pas une bonne solution.
Qu’est-ce que cette rencontre nous apprend sur les relations entre l’Iran et la Russie ?

Il y a une relation d’amour, du moins d’intérêts mutuels bien compris entre les deux pays. Mais ce n’est pas une relation sans tensions. Il y a par exemple, des désaccords sur le statut légal de la mer Caspienne. Les Iraniens se sont souvent offusqués que Moscou malgré tout, est toujours voté les sanctions contre l’Iran sur le dossier nucléaire iranien et du côté des Russes, il y a toujours cette inquiétude que l’Iran ait un jour l’envie de fomenter des actions déstabilisatrices dans le voisinage de la Russie, voir en Russie même. Si vous ajoutez à cela que la Russie quoi qu’on en dise reste quand même attentive aux avis d’Israël et dans une autre mesure de Washington, sur les ventes d’armes à Téhéran, c’est une relation qui n’est pas simple. Mais c’est vrai que ce sont deux pays qui se rejoignent sur la volonté de peser de manière forte dans le jeu international, de défendre une autre vision du monde que celle que prône les occidentaux et deux États qui se sentent sur la défensive par rapport à l’interventionnisme présumé des pays occidentaux. Et ça c’est vraiment un élément de solidarité suffisamment fort sur le plan politique entre Moscou et Téhéran. (avec agences)



Photo : Première rencontre entre le nouveau président iranien Hassan Rohani et le président russe Vladimir Poutine


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité