HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-09-18 17:31:49
A+ A- Imprimer cet article



Bangladesh : les islamistes en colère après la condamnation à mort de leur leader



Faut-il craindre de nouvelles violences au Bangladesh ? Mercredi 18 septembre, des islamistes manifestent dans plusieurs villes du Bangladesh contre la condamnation à mort d'un de leurs dirigeants, alors que la capitale Dacca et plusieurs autres villes tournent au ralenti au premier jour de l'appel à la grève de 48 heures lancé par le parti Jamaat-e-Islami. Les islamistes dénoncent la condamnation à mort par la cour suprême du pays, du quatrième plus haut dirigeant de ce parti islamiste.

Agé de 90 ans, Abdul Quader Mollai, avait été condamné en première instance, en février dernier, à une peine de prison à perpétuité, en raison de ses conditions de santé. Reconnu coupable de crimes pendant la guerre d'indépendance de 1971 par le très controversé « tribunal international des crimes », un tribunal qui serait en partie contrôlé par le parti au pouvoir.

Un verdict sans surprise pour Jéremy Codron, politologue et spécialiste du Bangladesh au Centre d’Etudes et de recherches internationales RealAudioMP3

Sans remettre en question l’implication des membres du Jamaat-e-Islami pendant la guerre d’Indépendance du Bangladesh, Jéremy Codron, politologue et spécialiste du Bangladesh au Centre d’Etudes et de recherches internationales, estime en effet que « les juges sont soumis aux pressions du parti au pouvoir ». Ce procès et ce tribunal ne sont qu’une « farce de justice », dit-il.

L’objectif du parti au pouvoir, qui achève son mandat en janvier, est vraiment « de décapiter le Jamaat-e-Islami ». Il y a d’ailleurs, confirme-t-il « déjà eu des verdicts similaires ». Le principal parti islamique représente 10 à 12% des électeurs et représente « une sorte de troisième force ». En s’alliant au parti dans l’opposition, le BNP pourrait faire chuter la Ligue Awami aujourd’hui au pouvoir.

Le Jamaat-e-Islami, une menace politique pour la Ligue Awami

Le Jamaat-e-Islami représente une menace, mais ce n’est pas encore un réel pari d’opposition au parti laïc de awami ligue. A l’instar d’Abdul Quader Mollai, plusieurs responsables du parti du Jamaat-e-Islami ont été reconnus coupables de massacre alors qu’ils combattaient aux côtés du Pakistan contre l’Indépendance du Bangladesh en 1971. Aussi, le parti islamiste essaie-t-il depuis les années 70 de se débarrasser d’une réputation de « collaborateurs » qui ont lutté « aux côtés des perdants ». « Il y a eu un processus de légitimation du parti, d’un parti attaché à la nation bangladaise ». Il y a donc eu un gain de popularité notamment auprès des étudiants.

Avec des verdicts tel que celui prononcé mardi, « le gouvernement cherche à créer une polarisation dans l’opinion politique et de renforcer la volonté de revanche des personnes qui sont visées récemment ». Un bras de fer s’installe donc entre d’un côté, les partisans du parti laïc au pouvoir, musulmans, mais favorables à une séparation de la religion et de l’Etat et à une neutralité de l’Etat face à toutes les religions, et de l’autre, les partis menés par islamistes de la Jamaat-e-Islami qui veulent une islamisation de l’Etat et de la justice, comme avec l’instauration d’une loi sur le blasphème.

Pour l’instant la laïcité de l’Etat bangladais n’est pas remise en cause et le Jamaat-e-islami n’est pas encore un challenger pour le parti au pouvoir, mais les élections de janvier prochain ne sont pas jouées pour autant comme l’explique Jéremy Codron, politologue et spécialiste du Bangladesh au Centre d’Etudes et de recherches internationales RealAudioMP3

(Photo : mercredi 18 septembre, des activistes du Jamaat-e-Islami à Dacca.)





Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité