HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Voyages apostoliques > dernière mise à jour: 2013-09-22 15:59:16
A+ A- Imprimer cet article



La charité n'est pas une forme d'assistanat pour se donner bonne conscience



En début d’après-midi, dimanche, à l’occasion de sa visite en Sardaigne, le Saint-Père s’est adressé aux nombreux pauvres et détenus pris en charge par la Caritas diocésaine. Dans son ministère, l’ancien archevêque de Buenos Aires a toujours accordé une large place aux plus démunis et aux laissés-pour-compte et plus spécialement aux prisonniers. C’est, du reste, dans une prison pour mineurs, dans un geste sans précédent, qu’il avait célébré la messe du Jeudi Saint quelques jours après son élection.

A Cagliari, c’est dans la cathédrale que le pape François s’est adressé aux pauvres et aux détenus pour leur rappeler que le Seigneur les aime et que tant de personnes de bonne volonté les accompagnent par la prière et les actes ; mais aussi pour souligner que la charité n’est pas une forme d’assistanat pour avoir la conscience tranquille, mais un choix de vie ; que l’humilité du Christ n’est pas une idéologie ; que Jésus n’est pas venu au monde pour se montrer, « pour faire un défilé », mais pour être suivi, y compris dans les vicissitudes, la souffrance et dans les murs d’une prison.

L'Eglise doit collaborer avec les institutions dans le respect des compétences de chacun

Charité oui, mais pas n’importe laquelle, toutefois : sortant plusieurs fois de son texte et s'exprimant avec passion, le pape François a ainsi relevé qu’on pouvait parfois rencontrer de l’arrogance, y compris dans le service des pauvres ; que des personnes vont jusqu’à instrumentaliser les pauvres pour leurs intérêts personnels ou de leur groupe, ou pour se mettre en avant. C’est un péché – a-t-il lancé avec force – ces gens-là feraient mieux de rester chez eux.
Relevant par ailleurs que la société italienne en général et la Sardaigne en particulier, ont besoin d’espérance, il a souligné que les responsables politiques et civils devaient faire leur part mais qu’il fallait aussi les soutenir de manière active ; il s’est dit favorable à ce que des catholiques s’engagent dans le champ politique qui, comme le disait Paul VI est une forme élevée de la charité. Quant à l’Eglise, elle doit s’investir dans des œuvres de solidarité, en s’efforçant de collaborer avec les institutions publiques dans le respect des compétences de chacun. La force de la communauté chrétienne est de faire grandir la société de l’intérieur comme un levain.

Le compte-rendu de Romilda Ferrauto RealAudioMP3


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité