HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Charité et Solidarité  > dernière mise à jour: 2013-10-04 13:48:39
A+ A- Imprimer cet article



Le Président Napolitano sur Lampedusa: réagir face à l’horreur



"Journée de pleurs" en Italie ce vendredi après le naufrage de Lampedusa qui a sans doute coûté la vie à quelque 300 migrants de la Corne de l'Afrique, ravivant le débat sur la politique européenne d'immigration. Selon les autorités, le navire, parti de Libye et qui a coulé tôt jeudi matin au large de la petite île sicilienne, transportait 450 à 500 migrants. Seuls 155 environ ont été sauvés, ce qui laisse craindre un bilan d'environ 300 morts, dont des femmes et des enfants, pour la pire tragédie de l'immigration de ces dernières années.

Cette dernière tragédie survenue à Lampedusa a profondément touché le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, qui a notamment demandé à "l'Europe de stopper le trafic criminel d'êtres humains en coopération avec les pays de provenance" et réclamé "la surveillance des côtes d'où partent ces voyages du désespoir et de la mort".

Le président Napolitano a désiré approfondir ces thèmes avec Radio Vatican. Un entretien réalisé par Alessandro Guarasci:

D.- Monsieur le Président, la tragédie de Lampedusa est terrible. Selon vous, les normes européennes et italiennes montrent des limites en ce moment? Faut-il voir plus loin?

R.- Tout d’abord, il faut réagir et agir. Il n’y a pas de termes assez forts pour exprimer notre sentiment face à cette tragédie. Le Pape François a dit « Honte », j’ajoute: « Honte et horreur » et cependant nous ne pouvons pas seulement, à chaque fois, en rester là à dénoncer ou à exprimer nos sentiments profonds du refus de la répétition chronique de ces tragédies. Vous me demandez si c’est une question de normes: je crois qu’il faudra rapidement vérifier quelles normes de lois constituent un obstacle à une politique d’accueil digne de notre Pays et quelles normes de loi répondent à des principes fondamentaux d’humanité et de solidarité. Si ces dernières années il y a eu des choix qui ont introduit dans notre ordre juridique des normes qui empêchent un déploiement plus clair de cette action de sauvetage et de solidarité humaine, celles-ci doivent être modifiées. Pourtant, ce n’est pas seulement une question de normes: c’est une question de moyens, c’est une question d’interventions, c’est une question de responsabilités et cela ne peut être un questionnement seulement italien. Il doit se poser également au niveau au moins européen.

D- Les habitants de Lampedusa ont donné une grande preuve d’accueil. Vous avez été impressionné?

R.- Je suis resté très impressionné par toutes les preuves d’accueil qu’ont données la population de Lampedusa, de toutes les preuves d’accueil qu’ils ont aussi données aux autres communautés lorsque, par exemple, nous avons eu ce geste généreux des baigneurs qui se sont jetés dans l’eau pour recueillir les réfugiés qui risquaient de perdre la vie cet été. ..Et puis, l’engagement fondamental de notre Marine Militaire et des Gardes Côte, de notre Police des Finances, c’est-à-dire des Forces de l’État qui s’engagent avec tous les moyens à leur disposition. Entretemps nous pouvons également accroître les moyens à mettre à disposition de ces forces: il s’agit de plus d’hélicoptères, de plus d’effectifs navals. Ensuite, je répète, l’engagement italien ne peut pas suffire, il faut au moyen un engagement européen. Je dis au moins car une telle question devrait toucher la Communauté Internationale. Il y a un tel enchevêtrement entre ces flux de migrants et de demandeurs d’asile qui arrivent en Italie et dans d’autres Pays européens et le cadre international, le cadre des situations et des conflits dans diverses zones- nous sommes surtout proches, aujourd’hui, aussi bien du Nord de l’Afrique que de la régtion de Syrie et des Pays limitrophes, qu’il faudrait avoir une vision globale qui ne peut avoir son centre que les Nations-Unies. Il est nécessaire d’avoir une politique européenne de l’immigration et de l’asile: je pense que nous confondons trop souvent ces deux aspects. Il y a la personne qui cherche à atteindre l’Europe et l’Italie pour trouver un travail et pouvoir mieux vivre- donc il fuit certainement des conditions de vie difficiles- et puis il y a celle qui fuit dramatiquement des Pays en guerre ou des régimes d’oppression.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité