HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-10-05 17:35:02
A+ A- Imprimer cet article



Un envoyé spécial du Pape pour les 450 ans du Concile de Trente



Le pape François a nommé un envoyé spécial aux célébrations du 450° anniversaire de la fin du Concile de Trente, un des plus importants de l’histoire du catholicisme, pièce-maîtresse et moteur de la Réforme catholique ou Contre-réforme - L’Eglise de la Contre-réforme est aussi appelée Eglise tridentine. Les célébrations auront lieu le 1er décembre prochain en la cathédrale de la ville italienne de Trente. C’est le cardinal Walter Brandmüller qui représentera le Pape.

Convoqué en 1545 par Paul III, en réponse aux demandes formulées par Martin Luther dans le cadre de la réforme protestante, le Concile de Trente, a duré 18 ans. Les protestants avaient refusé d’y paraître. Le Concile s’acheva par la réaffirmation solennelle de plusieurs points dogmatiques, notamment en ce qui concerne la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie et par une révision de la discipline de l’Eglise, en particulier pour mettre fin aux abus qui avaient contribué au développement du protestantisme. C’est au Concile de Trente, par exemple, que remonte l’obligation pour les clercs d’être formés dans les séminaires.

Les protestants, eux, se préparent à célébrer en 2017 le V° centenaire de la Réforme de Luther. Plusieurs initiatives ont déjà été lancées. Ainsi, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, participera à un congrès international consacré à cet anniversaire qui s’ouvre dimanche à Zurich. Ce congrès est organisé par la Fédération des Eglises protestantes suisses et par l’Eglise évangélique allemande. Parmi les autres participants, l’ancien archevêque anglican de Canterbury, le secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises et un représentant de la Communauté de Taizé.

Il y a quelques mois, le cardinal Koch avait estimé qu’il fallait profiter de cet anniversaire pour œuvrer en faveur d’une guérison de la mémoire. Dans une interview à une télévision allemande, il avait souligné que Martin Luther n’avait pas voulu fonder une nouvelle Eglise, ni provoquer une rupture complète mais plutôt favoriser un renouveau de l’Eglise.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité