HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-10-15 14:14:40
A+ A- Imprimer cet article



Le Pape remercie le Cardinal Secrétaire d'Etat sortant, Tarcisio Bertone, en l'absence du nouveau, Mgr Pietro Parolin, opéré



Un passage de témoin en l’absence du principal intéressé, ce mardi matin au Vatican. Mgr Pietro Parolin, qui prenait en ce jour ses fonctions de nouveau Secrétaire d’Etat du Vatican, n’était en effet pas présent à la cérémonie de bienvenue, à cause « d’une petite intervention chirurgicale qu’il a subie ». Une information donnée par le Directeur de la Salle de presse, le Père Federico Lombardi. A la cérémonie, qui s’est déroulée au Vatican, en présence du Pape, participait le Secrétaire d’Etat sortant, le Cardinal Tarcisio Bertone et tous les hauts responsables de la Secrétairerie d'Etat. Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a expliqué que Mgr Parolin avait été hospitalisé dans sa région natale dans le nord de l’Italie. Son état de santé ne suscite pas d’inquiétude. Mais le poste n’est pas vacant pour autant. Le cardinal Bertone a cessé ses fonctions et Mgr Parolin est bien le nouveau Secrétaire d’Etat meme s’il n’est pas physiquement à Rome. Il commencera à travailler dans quelques semaines.

Le Pape François salue la fidélité et la loyauté du Cardinal Bertone

Le Pape a tenu à remercier chaleureusement le Cardinal Bertone, salésien, pour son travail à la Curie et son long service à l’Eglise, en « fils de don Bosco », avec un esprit d’obéissance mais aussi avec une grande liberté d’initiatives et inventivité. « Pour tout salésien, a déclaré le Pape, l’amour de l’Eglise s’exprime de manière particulière dans l’amour au Successeur de Pierre. » Et le Pape de saluer la fidélité inconditionnelle et la loyauté absolue à Pierre qui a caractérisé le mandat du Cardinal Bertone come Secrétaire d’Etat, « tant envers Benoît XVI qu’envers moi ces mois-ci ». Le Pape s’est dit admiratif aussi du « courage et de la patience dont a fait preuve le Cardinal Bertone face aux contrariétés qu’il a dû affronter, et elles étaient nombreuses. » Il a alors donné la « bienvenue –in absentia- au nouveau secrétaire d’Etat, en déclarant que pour « lui aussi les épines ne manqueraient pas, mais qu’il pourrait compter sur de fidèles et valables collaborateurs ».

Un hommage appuyé à Benoît XVI

Le cardinal Bertone, quittant donc ce mardi matin ses fonctions, a dressé le bilan de ses sept ans en tant que Secrétaire d’Etat. Mis à part les sept derniers mois, une fonction assumée sous le pontificat de Benoît XVI. C’est un hommage appuyé au souverain pontife allemand dont il fut le bras droit qu’a délivré le prélat salésien. Il a donc rappelé les grandes orientations des huit ans de Benoît XVI à la tête de l’Eglise. Huit ans sous le signe d’un dialogue avec le monde à qui le Pape émérite s’adressait en présentant au cœur et à l’intelligence des Hommes la doctrine avec clarté et hauteur d’esprit. Un dialogue qui portait autant sur le rapport entre Foi et raison que sur celui entre Droit et Loi naturelle. Un dialogue qui s’est incarné en de nombreux moments forts égrenés par le cardinal Bertone : les discours au parlement allemand à Berlin, à Westminster Hall à Londres, au Collège des Bernardins à Paris.

Dialoguer avec tous

Autant d’étapes sur un chemin de foi dont les buts étaient notamment l’œcuménisme et la communion avec les différents frères chrétiens, la valorisation d’une commune identité chrétienne entre les différents Eglises mais aussi le dialogue interreligieux autant avec les juifs qu’avec les musulmans. L’Eglise est aujourd’hui un interlocuteur apprécié et recherché par tous. Un interlocuteur pour les autres confessions mais aussi pour les sociétés contemporaines en quête de sens. Les encycliques de Benoît XVI, en particulier Caritas in Veritate, en portant sur les thèmes économiques, politiques et sociaux ont rencontré un écho qui va bien au-delà du monde strictement religieux.

Pas de rupture mais une continuité

Un pontificat marqué aussi par un vent de réforme inédit. Benoît XVI a réveillé les consciences en général et celle du clergé en particulier. L’Année Paulienne, l’Année sacerdotale et l’Année de la Foi en sont les exemples les plus marquant. Mais surtout son infatigable volonté de remédier aux maux qui défigurent l’Eglise. Une nouvelle législation a été mise en œuvre pour frapper plus durement le phénomène de la pédophilie sans oublier la transparence administrative et économique accrue au Vatican. Le cardinal Bertone ne voit pas une rupture mais une continuité entre l’action de Benoît XVI et celle du Pape François qui commence. Il salue enfin les qualités d’écoute, la tendresse, la miséricorde qu’il a pu constater dans l’attitude du nouveau souverain pontife. Autant de qualités mises au service du bien de l’Eglise Universelle.

Le Cardinal Bertone a souhaité à son successeur de "réussir au plus vite à dénouer les noeuds qui empêchent encore à l'Eglise d'être en Christ, le coeur du monde"





Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité