HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-10-30 08:26:10
A+ A- Imprimer cet article



Amazonie : la tentation du pétrole



L’Eglise catholique se mobilise pour l’Amazonie et c’est une première. Elle se réunit à Manaus, capitale de l’Etat d’Amazonas, dans le nord-ouest du Brésil, jusqu’à jeudi. Cette rencontre veut répondre à l’appel pressant que le pape François avait lancé aux évêques brésiliens lors des JMJ de Rio, en juillet dernier en faveur de l’Amazonie. Dans les faits, la défense de l’Amazonie se révèle plus complexe.

En Equateur par exemple, le président Rafael Correa a été contraint de demander au Congrès, début octobre, l’autorisation d’exploiter le pétrole d’une importante réserve écologique. Il s’est résigné à cette solution après avoir constaté l’échec d’un plan international pour éviter l’extraction : la communauté internationale devait compenser le manque à gagner de 3,6 milliards de dollars sur douze ans. Mais en près de six ans, l’Equateur n’a recueilli qu’un demi-pourcent des sommes attendues.

Cette initiative innovante a donc failli, selon Gaspard Estrada, chercheur à l'observatoire politique d'Amérique latine et centrale, à Sciences Po Paris RealAudioMP3

Pourtant « c’était la première fois qu’un pays acceptait de renoncer à exploiter une réserve de pétrole qui représente 20 % des réserves prouvées de l’Equateur pour lutter contre le réchauffement climatique. Le pays n’a pas pu et n’a pas su convaincre les bailleurs de fonds internationaux qui en 2007, avaient peut-être une plus grande volonté de soutenir ce genre de projets innovants , mais la crise est passée par là » explique-t-il.

Or, l’exploitation du pétrole demeure une ressource essentielle pour les caisses de l’Equateur qui ne peut se permettre de vivre sans. « L’argent du pétrole est la deuxième source de revenus après les impôts directs : l’enjeu pour le gouvernement est donc très important. »

Les indigènes dans l’opposition

Ce dossier n’est pas simplement économique. La protection de cette réserve symbolisait aussi la prise en compte des intérêts des indigènes d’Amazonie et la protection de leurs terres ancestrales. L’exploitation de la réserve élargit la brèche dans les relations entre le gouvernement et les indigènes. En effet, « les relations sont tendues depuis plusieurs années, précise le chercheur, et les partis indigènes sont aujourd’hui dans l’opposition. » En outre, la protection de la réserve était soutenue par 70 % de la population. Ce retournement du président Correa pourrait jouer en sa défaveur sur le long terme.

Rafael Correa a tenté de trouver un compromis entre la protection de l’environnement, essayant de respecter son engagement en faveur de la protection de la nature, et la nécessité d’exploiter ces réserves de pétrole. L’exploitation ne devrait concerner qu’un pour cent de la superficie de la réserve. Trop peu pour certains, bien trop pour d’autres.


Propos recueillis par Antonino Galofaro


Photo : Rafael Correa


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité