HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Justice et Paix > dernière mise à jour: 2013-11-08 13:13:10
A+ A- Imprimer cet article



Les évêques du Mozambique inquiets des risques de guerre



Les évêques du Mozambiques sont vivement préoccupés par la tournure que prennent les événements depuis plusieurs semaines dans leur pays. Dans un communiqué publié ce vendredi alors qu’ils sont réunis en assemblée plénière à Matola, ils expriment leur crainte d’un « retour à la guerre » et veulent « unir leur voix à celle du peuple qui réclame la paix et le respect de la vie ».
Déjà en août 2012, la conférence épiscopale du Mozambique avait écrit dans une note pastorale que « le climat d’intolérance et le manque d’inclusion de tous les citoyens menaçaient la paix conquise après tant de sacrifices il y a 21 ans ». Le pays se trouve maintenant dans une situation où la paix est en péril. La preuve en est avec « les événements de ces dernières semaines qui révèlent que l’on a opté pour résoudre les divergences de vue par les armes ».
L’épiscopat craint que « le sang innocent, soit de civils soit d’hommes armés, tous fils de notre Patrie » ne soit versé. Pour éviter ce retour à la guerre, il exige que « toute forme d’hostilité ou confrontations armées cesse, et que s’ouvre le chemin du dialogue ». Ils appellent « tous les citoyens à ne pas se laisser prendre par le climat d’intolérance et de violence qui croit dans le pays ». Ils appellent également les autorités des deux parties à enrayer « tout acte de violence et agression ».

Tensions croissantes avec la Renamo

Les évêques, outre à s’adresser à leur peuple, se tournent vers la communauté internationale et vers les entreprises pour qu’elles favorisent « la construction de la paix ». Ils se disent également entièrement disponibles pour faire prévaloir la paix et la consolider.

Depuis un an, les tensions n’ont cessé de s’accentuer à travers le pays entre le gouvernement et la Renamo, principal parti d’opposition et ex parti rebelle pendant la guerre civile. Ce mouvement réclame plus de participation dans la vie politique et une plus grande représentation au sein de la Commission électorale. Devant la fin de non-recevoir du gouvernement, la Renamo menace de reprendre les armes. Certains de ces vétérans ont repris le maquis et des accrochages ont eu lieu ces derniers mois.

Jeudi, la Renamo a rejeté l’appel au dialogue du gouvernement la qualifiant de propagande politique. Elle accuse également le président mozambicain de vouloir assassiner son chef de file historique, Afonso Dhlakama. L’armée a en effet tiré à l’arme lourde sur le quartier général du parti il y a deux semaines.


Photo : des milliers de Mozambicains ont manifesté le 31 octobre à Maputo, la capitale, en faveur de la paix


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité