HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2013-11-29 20:06:28
A+ A- Imprimer cet article



Berlusconi, déchu mais encore dans le jeu politique



(RV) Entretien - Silvio Berlusconi, qui domine la scène politique nationale depuis près de vingt ans, a été déchu mercredi comme prévu de son siège de sénateur après sa condamnation définitive pour fraude fiscale dans le procès Mediaset. Pas de surprise de dernière minute, pas de recours de la dernière chance, la loi qui prévoit qu’un élu condamné à une peine d’au moins deux ans de prison ne peuvent ni rester parlementaire ni être élues pendant six ans, a été appliquée. Mais l’ancien président du Conseil italien, même hors du Parlement, demeure toujours dans le jeu politique. C’est l’analyse de Sergio Romano, éditorialiste pour le quotidien il Corriere della sera. Des propos recueillis par Olivier Tosseri RealAudioMP3

Silvio Berlusconi, déchu de son poste de sénateur va-t-il continuer à peser sur la scène politique italienne ?
Le fait qu’il ne soit plus dans une institution ne semble pas véritablement avoir d’importance dans un moment où le leader du mouvement cinq étoiles n’est pas au parlement, Matteo Renzi sera probablement bientôt le secrétaire général du parti démocrate n’est pas non plus au parlement. Donc, vous avez maintenant des gens qui dirigent des partis en dehors du parlement. Il faut prendre acte d’une nouveauté dans la vie politique italienne. Berlusconi a certainement perdu beaucoup de voix au moment du consensus le plus important dont il a joui et il avait en gros treize millions de voix. Et il en a maintenant plus ou moins six à sept millions. C’est quand même important, c’est une partie considérable du pays. Et il est même probable, on le constatera bien sûr lors des prochaines élections, que les gens qui sont restés avec lui, lui soit, dans une certaine mesure, beaucoup plus fidèles que les autres parce que ce sont ces gens, les gens qui croient véritablement en lui. Non, Berlusconi a quand même encore une partie de sa vie politique en face de lui.

Vous avez fait la comparaison avec Beppe Grillo et Matteo Renzi, deux personnes qui ont derrière eux un parti uni même si traversé par plusieurs courants. La droite est divisée depuis quelques semaines. Est-ce que c’est une division de façade ou c’est quelque chose de beaucoup plus profond ?
Non, c’est assez profond. Je crois que cette division d’ailleurs est le véritable miroir de la partie modérée et conservatrice du pays. Et il n’y a pas de doute que Berlusconi a perdu une partie de son électorat et il l’a perdu parce que sa position a paru incompatible avec le style de vie, la philosophie de la partie modérée du pays qui ne veut pas être représentée par un homme qui est presque tous les jours dans les tribunaux. Et en plus, qui n’a pas véritablement maintenu les promesses qu’il avait fait lors de sa campagne électorale. Mais quand même, il y a des gens qui restent avec lui. Au fond, ce sont des gens qui n’ont pas une ligne très différente de celle du mouvement cinq étoiles . Les cinq étoiles font des promesses qui ressemblent dans une certaine mesure à celles que faisaient Berlusconi au début de sa carrière politique. Lors des prochaines élections, Berlusconi va probablement se placer dans cette partie du pays qui considère que l’Europe est un danger, une menace, l’euro est la source de tous nos malheurs et que la Commission de Bruxelles nous dicte une politique que nous n’avons pas le devoir d’observer, ça sera la plateforme de Berlusconi lors des prochaines élections.

Face à cette plateforme berlusconienne, il y aura le nouveau centre-droit dirigé par son ex-dauphin, Angelino Alfano. Est-ce que véritablement une droite modérée, pro-européenne, peut émerger en Italie, privée du leader historique et charismatique de la droite ?
Elle existe sans doute. Elle est devenue minoritaire parce qu’il n’y a pas de pays européens dans lequel maintenant le nombre d’eurosceptiques n’ait pas augmenté. Il n’y a pas de doutes que nous avons en Italie en gros 25 à 30% d’eurosceptiques, mêmes des gens qui détestent l’Europe, 30 % d’absentéistes. Par conséquent, la partie se joue dans une zone de la société qui est devenue plus petite. La véritable partie, entre le centre-droite et le centre-gauche ,se joue dans une partie de la société qui est plus petite qu’autrefois.

Photo : Silvio Berlusconi le 27 novembre


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité