HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-12-04 08:05:02
A+ A- Imprimer cet article



Maaloula, un village chrétien aux mains des rebelles syriens



(RV) Entretien - Plusieurs religieuses vivant dans le monastère grec-orthodoxe de Sainte Thècle dans la ville de Maaloula, en Syrie, ont été contraintes de quitter leur monastère par des rebelles syriens djihadistes. Maaloula est située à 55 km au nord de Damas et la grande majorité de sa population a fui vers la capitale syrienne ou le Liban après une offensive lancée début septembre.

Selon les informations recueillies, des hommes armés ont fait irruption lundi soir dans le monastère, obligeant les religieuses à quitter les lieux, et à les suivre, les emmenant à Yabroud, à 30 kilomètres au nord de Maaloula, dans la région de Qalamoun.

Pour Frédéric Pichon, historien spécialiste de la Syrie et auteur d’une thèse sur le village de Maaloula, cette action des djihadistes est une conséquence de l'offensive lancée par l'armée de Bachar Al-Assad pour reconquérir la totalité de cette région stratégique. RealAudioMP3


Vous avez écrit une thèse sur le village de Maaloula. Y-a-t-il une position stratégique dans les affrontements entre rebelles syriens et armée de Bachar Al-Assad ?
Le village a subi un assaut qui l’a complètement vidé de ses habitants dès le 9 septembre dernier. Depuis ce temps-là, l’armée avait réussi à chasser des djihadistes d’Al-Nosra, du moins dans la partie basse du village (car il faut tenir compte de la topographie de Maaloula). Il se trouve que l’armée tenait, avait réussi à reprendre le village, et la totalité des habitants avaient fui à Damas.

A mon avis, l’agression est donc davantage un contrecoup de l’opération militaire qui est justement menée dans la zone du Qalamoun par l’armée syrienne depuis trois semaines maintenant. Ça met en danger les chrétiens, d’ores et déjà au-delà des personnes qui ont déjà été tuées lors de l’épisode de septembre dernier. Et d’un point d’un point de vue historique également, ce que je vois, c’est un véritable massacre archéologique qui a eu lieu en particulier dans la nuit du dimanche à lundi puisque les rebelles ont en fait utilisé une technique un peu inhabituelle, c’est-à-dire qu’ils ont fait rouler des pneus bourrés d’explosifs depuis les montagnes en direction du village qui est situé en bas.

J’ai pu voir des photographies, des habitants sur place m’ont indiqué qu’un certain nombre de maisons ont été dynamitées. Je ne parle même pas de l’état des édifices religieux, notamment du couvent Saint-Serge, occupé et pillé depuis plus d’un an et demi, une église qui date quand même du quatrième siècle après Jésus-Christ.

Plus globalement, dans le conflit syrien, est-ce qu’on vit un point de basculement concernant les chrétiens ? Est-ce qu’ils sont, par exemple, de plus en plus visés par la rébellion ?
Depuis le début du conflit, les chrétiens n’ont été pris à partie qu’en tant qu’ils sont, en quelque sorte, le maillon faible, c’est-à-dire que ce sont des gens qui ne sont pas armés et qui, dans les situations de guerre civile et de chaos font évidemment les frais des désordres. Plus clairement, c’est une opposition entre sunnites fondamentalistes et chiites, ou en tout cas les communautés hétérodoxes de l’Islam. Donc plutôt un combat entre musulmans.

Alors, est-ce que l’épisode actuel semble marquer un tournant ? Je ne veux pas encore y croire. Je pense que c’est surtout l’aspect symbolique, c’est-à-dire ce que représentait traditionnellement la protection des chrétiens et des minorités en général par le régime, qui a été attaqué à nouveau à Maaloula. Je crois aussi que c’est encore une fois dans la foulée de ce qui est en train de se passer au Qalamoun : un certain nombre d’autres villages chrétiens ont été repris par l’armée syrienne (Deir Al'Attiyeh et Qara).

Par conséquent, je crois que l’étau se resserre sur une ville, Yabroud, à proximité de Maaloula et que cette sortie d’Al-Nosra est davantage une espèce de baroud d’honneur. La preuve : il n’y a aucun enjeu dans le village, si ce n’est symbolique. Visiblement, le modus operandi est assez nihiliste puisqu’il consiste à détruire à coups d’explosifs un patrimoine archéologique. Cela me semble davantage une espèce de fuite en avant qu’une stratégie globale.

Les douze religieuses orthodoxes seraient actuellement retenues à Yabroud. Quel intérêt pour les djihadistes de déplacer ces sœurs dans ce village ?
Yabroud est effectivement une ville qui est tombée assez vite aux mains de la rébellion, dans les premiers mois de l’année 2011. Il ne faut pas non plus oublier que c’est une administration autonome qui s’était installée à Yabroud et elle levait d’ailleurs tribut sur les populations chrétiennes de Yabroud qui, d’après mes sources, payaient plus de 35.000 dollars par mois pour jouir de la protection des rebelles. Ça s’appelle de la protection, ou aussi du racket. Or, cette ville est l’un des derniers maillons que l’armée syrienne n’a pas encore repris. Je crois qu’il s’agit tout simplement de faire du chantage en utilisant éventuellement ces religieuses comme boucliers humains et d’éviter un assaut qui parait éminent sur Yabroud.

La région de Qalamoun est connue pour être stratégique. Pourquoi ?
Avant le conflit, la région abritait déjà un certain nombre de bases et de dépôts de munitions de l’armée syrienne. Le Qalamoun est l’un des contreforts de l’Anti-Liban, la chaîne montagneuse qui sépare la Syrie du Liban. Il était doté de casernes et d’installations militaires du régime mais cette région montagneuse permet de passer au Liban par des chemins muletiers ou de montagne. Par conséquent, la contrebande, les armes, les combattants passaient cette frontière assez poreuse et le Qalamoun. Pour le régime, il s’agit de stopper cet afflux, cette porosité, ces trafics, cette contrebande déjà existante en temps de paix dans le Qalamoun. C’est pour cette raison, je pense, qu’ils ont récemment lancé cette offensive.

Concernant les sœurs orthodoxes, il y a actuellement deux hypothèses : soit un enlèvement, soit une prise de contrôle du couvent par les rebelles pour avoir la main libre à Maaloula. Selon vous, est-ce que cette seconde hypothèse est crédible ?
Oui, les djihadistes savent très bien que l’armée syrienne sera également jugée sur la manière d’opérer la reconquête du village, classé au patrimoine de l’UNESCO et qui abrite notamment le couvent Sainte-Thècle dont sont originaires les religieuses et des vestiges archéologiques très importants. L’endroit est très compliqué à prendre, facilement défendable. En se barricadant à l’intérieur, ils espèrent deux choses : soit que l’armée y aille et ne fasse pas dans la dentelle (ce dont elle est malheureusement très capable), soit que du coup l’armée soit obligée de ne pas intervenir et ne puissent rien faire concernant ce site.


Propos recueillis par Jean-Baptiste Cocagne


Photo : l'entrée de Maaloula, endommagée par les échanges quotidiens de tirs


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité