HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Charité et Solidarité  > dernière mise à jour: 2013-12-07 17:01:06
A+ A- Imprimer cet article



Accord historique à l'OMC sur la libéralisation du commerce



Accord historique de l'OMC à Bali. Pour la première fois depuis sa création en 1995, l'OMC (Organisation mondiale du commerce) a conclu un accord libéralisant les échanges commerciaux , contribuant à renforcer l'économie agricole et la sécurité alimentaire. 159 pays, qui se sont réunis pour la neuvième fois au niveau ministériel , ont conclu un accord sur un paquet de mesures sur la libéralisation du commerce. Malgré l'opposition, à la fin surmontée, de Cuba, de la Bolivie, du Venezuela et du Guatemala, jugeant l’agenda néolibéral et menaçant de bloquer la finalisation de l’accord, il a finalement été adopté. Le texte prévoit que la Commission pour les négociations commerciales, dans les 12 mois, prépare à Genève un programme de travail concret pour l'approbation de l’agenda de développement lancé par les accords de Doha de 2001 et jusqu'à présent resté lettre morte. Bon nombre des sujets seront abordés : la mise en œuvre pratique de la facilitation du commerce, les questions agricoles tels que le stockage public de produits alimentaires à des fins de sécurité, la réglementation des tarifs, les garanties sur la production de coton pour les pays en développement ainsi que la propriété intellectuelle. « Pour la première fois de son histoire , l’organisation a tenu ses promesses » a déclaré le directeur général de l'OMC , Roberto Azevedo.

L’Eglise poursuit ses efforts pour un monde meilleur

Mgr Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU à Genève ne cache pas sa satisfaction. Il rappelle l’importance de la solidarité internationale pour favoriser le développement de tous les pays. Le Saint-Siège salue en effet l’importance de la reconnaissance dans cet accord du droit à l’alimentation lié à celui de l’accès à l’eau. L’Eglise prône en effet la nécessité de ne pas laisser l’économie de marché bafouer sans règles les droits des personnes et leur dignité. Elle doit viser au bien commun et combattre la pauvreté.

L’accord a été qualifié « d’historique » mais cela est à relativiser selon Alexandre Kateb, économiste, directeur du cabinet Compétence Finance. Pour lui, le texte signé à Bali est historique dans la mesure où c’est le premier signé depuis la création de l’OMC en 1995 et qu’il met fin au cycle de négociations engagé en 2001 à Doha au Qatar. Il permet aussi à l’Organisation de préserver son avenir en tant que lieu de discussion de toutes les questions commerciales au niveau mondial, un échec ayant compromis son existence selon plusieurs analystes. Il relance également l’intérêt du multilatéralisme, malmené depuis des années, les négociateurs se rendant compte qu’il est difficile de mettre d’accord des pays ayant des situations économique, sociale, politique et des niveaux de développement très différents.

Alexandre Kateb, économiste, directeur du cabinet Compétence Finance, interrogé par Xavier Sartre RealAudioMP3


Photo : le directeur général de l'OMC, le Brésilien Roberto Azevedo, est à la tête de l'organisation depuis trois mois


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité