HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2013-12-11 18:33:13
A+ A- Imprimer cet article



Commentaire de l'Evangile du dimanche 15 décembre



Le Père Pascal Montavit nous propose son commentaire de l'Evangile du dimanche 15 décembre, troisième dimanche de l'Avent. Evangile selon Saint Matthieu 11, 2 - 11: « Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. »
Ecoutez le commentaire du Père Pascal Montavit RealAudioMP3

Le troisième dimanche de l’Avent prolonge notre méditation de la semaine dernière sur Jean-Baptiste, le précurseur de Jésus. Ce dernier est maintenant en prison et envoie des messagers au Seigneur afin de lui demander s’il est celui qui doit venir ou s’il convient d’en attendre un autre. Voici un passage surprenant si l’on se rappelle que Jean-Baptiste lui-même a désigné Jésus comme étant le Messie (Mt 3,14). Ce paradoxe peut être compris de deux manières différentes.
Jean-Baptiste est en prison. Il a œuvré avec zèle pour le Royaume et maintenant il est persécuté. Il n’est pas impossible de penser qu’il traverse une épreuve et qu’il cherche le réconfort de Jésus afin de la surmonter. Cette interprétation est fidèle à la présentation de Jean-Baptiste comme étant le nouvel Élie. En effet, le prophète Élie lui-même, après avoir mené à bien la mission que Dieu lui a confiée au Mont Carmel, est persécuté et souhaite mourir dans le désert. Il dit : « C’en est assez maintenant, Seigneur ! Prends ma vie, car je ne suis pas meilleur que mes pères » (1 R 19,4). Un ange vient alors pour le toucher, lui donner à manger et l’encourager à continuer son chemin. Au bout de ce chemin, Élie rencontre le Seigneur dans le bruit d’une brise légère (1 R 19,12). Il est donc possible que Jean-Baptiste, par cette question, ait cherché un réconfort de la part de Jésus.
Une autre manière de comprendre cette question est liée aux disciples. Jean-Baptiste sait que sa fin est proche et pourtant certains continuent de rester avec lui. En les envoyant poser une question à Jésus, il leur montre celui qu’ils doivent suivre désormais. Jean-Baptiste s’efface et Jésus entame sa vie publique. De plus, la réponse de Jésus aux disciples est claire : « […] les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! » (Mt 11,5-6). Tous ces miracles témoignent de la venue du Messie selon le prophète Isaïe (Is 26,19 ; 29,18…). Jésus est donc en train de dire : « Je suis le Messie ». Ou encore : « C’est moi qu’il faut suivre désormais ». Jean-Baptiste, du fond de sa prison, ne garde rien pour lui. Jusqu'au bout, il indique Jésus, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
Enfin, cet Évangile se termine par une affirmation sur le Royaume des Cieux : « Amen, je vous le dis : parmi les hommes, il n’en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui ». Cette déclaration de Jésus montre la grandeur du bonheur auquel est appelé tout homme. Il est vrai que Jésus nous dit lui-même, par ailleurs, que la porte de ce Royaume est étroite. Mais la Miséricorde de Dieu est là qui nous permet de passer toutes les portes.
En ce jour, demandons au Seigneur d’être comme Jean-Baptiste, c’est à dire d’attendre notre réconfort de Dieu seul et de ne rien garder pour nous, d’être prêts à tout lui offrir. C’est alors que nous pourrons nous aussi entrer dans son Royaume et recevoir de lui la vie éternelle.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité