HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2013-12-13 18:10:17
A+ A- Imprimer cet article



Corée du Nord : la justice expéditive de Kim Jong-un



(RV)-Entretien- Le régime nord-coréen a organisé un vaste rassemblement public mardi 17 décembre, diffusé en direct à la télévision, pour commémorer la mort de l'ancien dirigeant, occasion d'afficher la loyauté envers son fils et successeur Kim Jong-un. La cérémonie s'est déroulée quelques jours après l'arrestation, le procès express puis l'exécution de Jang Song-Thaek, l'oncle de Kim Jong-un, qui a guidé les premiers pas de son neveu à la tête du pays. Lors de son procès, il a reconnu avoir essayé d’attiser les plaintes du peuple et de l’armée contre l’échec du régime actuel à gérer la situation économique et les moyens de subsistance de la population.

La rapidité de la purge de la part du jeune dirigeant nord-coréen laisse donc perplexes la plupart des commentateurs. Quels messages faut-il voir derrière cette exécution ? La réponse de Pascal Dayez-Burgeon, directeur adjoint de l’institut des Sciences de la Communication du CNRS RealAudioMP3 Propos recueillis par Audrey Radondy

Quel message faut-il voir derrière cette exécution?
Une affaire tragique mais c'est un message à l’égard de la Chine. L’oncle de Kim Jong-un, Monsieur Jang Song-Thaek, était extrêmement lié au pouvoir chinois, proche de l’ancien leader chinois et favorable à une ouverture économique à la chinoise, ce qui risquerait de déstabiliser le nord, et donc le nouveau leader ne veut pas en entendre parler. D’autre part, c’est aussi quelqu’un qui était visiblement très corrompu, qui s’était beaucoup enrichi donc c’est un signe à envoyer aussi aux nouveaux capitalistes de Corée du Nord : « n’exagérons pas trop, ne nous transformons pas en un régime totalement à la chinoise ».

Et puis enfin, c’est une affaire de famille parce que l’oncle est l’époux de la tante de Kim Jong-un, c’est-à-dire la sœur de Kim Jong-Il. Celle-ci est en train de mourir, c’est une question de jours. Elle a un cancer du foie. Et elle-même a sans doute été d’accord pour qu’on exécute son mari avec lequel elle est brouillée et séparée depuis le suicide de leur fille parce qu’elle est en fait le véritable, non pas leader, mais l’âme de la dynastie et elle ne supportait plus les dérives, les excès de son époux.

Est-ce qu’on peut parler d’une purge familiale ?
Familiale, oui puisque c’était un oncle. La famille Kim qui est au pouvoir en fait, c’est une famille royale, c’est-à-dire que chaque membre de la famille a des clans, des intérêts particuliers. Donc ,derrière un oncle, c’est-à-dire l’époux d’une tante maternelle, on élimine aussi toute une série d’opposants politiques. Et notamment, il semblerait que Monsieur Jang Song-Thaek était très proche de Kim Jong-Nam, c’est-à-dire le fils ainé de Kim Jong-Il, celui qui n’a pas succédé et qui vit actuellement à Macao et qui est l’ennemi juré de son petit frère qui est au pouvoir. On dit d’ailleurs que Kim Jong-Nam risquerait de devoir se réfugier aux États-Unis pour échapper à la vindicte de son frère cadet.

Qu’est-ce que cette exécution nous apprend sur la personnalité de Kim Jong-un ?
Visiblement il n’est pas aussi faible qu’on l’imaginait. On y voyait une sorte de prince qui régnait et derrière lui, un conseil de régence composé de généraux et notamment de Monsieur Jang Song-Thaek. Il a éliminé à l’été 2012, le principal maréchal qui le contrôlait, qui était le maréchal Ri Yong-Ho et puis maintenant, il élimine son oncle qui était le régent économique. Donc, il prend véritablement le pouvoir en éliminant ceux qui pourraient y faire obstacle.

Et quelles vont être alors les conséquences de cette exécution sur le régime nord-coréen ?
D’une part, on élimine la vieille garde, ce qui pour la jeune génération est plutôt encourageant. D’autre part, cela montre bien que le leader est aux commandes et qu’il ne s’agit plus maintenant de discuter le pouvoir de Kim Jong-un. Et puis, ça montre aussi à la Chine que certes la Corée du Nord est très liée à la Chine mais que néanmoins, ce pays garde son autonomie et fait ce qu’il veut. Jang Song-Thaek s’était entretenu à titre personnel avec le dirigeant chinois il y a un an et demi et puis maintenant, on l’exécute. Donc, ça montre bien qu’on n'est pas protégé même si on a de hautes connections en Chine. D’ailleurs, Pékin a très mal réagi à cette exécution. La Corée du Sud observe et au fond, n’a pas d’intérêt dans la chose. Mais Pékin a très mal réagi.

Est-ce que Séoul doit aussi voir un message dans cette exécution, puisque la Corée du Sud a exprimé sa profonde inquiétude à propos de ces développements récents ?
Tout ce qui se passe en Corée du Nord, par définition. La Corée du Sud ne peut que dire qu’elle est très inquiète, d’autant qu’actuellement la situation de la présidente de la Corée du Sud n’est pas extraordinaire et donc elle a tout intérêt à dire que la Corée du Nord est dans une situation très inquiétante, comme ça, ça la dédouane. Mais au-delà de ça, l’impact que peut avoir cette exécution pour la Corée du Sud est assez réduit dans la mesure où les affaires continueront dans la zone économique de Kaesong, avec ou sans Jang Song-Thaek. En fait, c’est lui qui en tirait le plus de profit, tout allait dans sa poche. Donc maintenant, les profits que la Corée du Nord tirent de cette zone économique, située à la frontière entre le nord et le sud iront dans la poche de toute une série de dirigeants et pas comme avant, uniquement dans celle de Jang Song-Thaek.

Et est-ce que dans les prochaines semaines, les prochains mois, on peut s’attendre à d’autres exécutions ?
On peut toujours s’attendre à tout de la Corée Nord et c’est justement le fait que ce régime soit imprévisible, qu’il en est devenu sa marque de fabrique. On a parlé il y a quelques semaines d’une quarantaine d’exécutions sur la Côte est. Il est certain qu’actuellement, le leader est en train d’éliminer tous ceux qui pourraient porter ombrage à son pouvoir. Et on peut faire des comparaisons avec ce qui s’est passé entre 1994 et 1997, pendant les trois années où Kim Jong-Il a pris le pouvoir après la mort de son père, où il y avait eu toute une série d’éliminations, d’accidents de voiture opportuns, de gens qui disparaissaient ou de gens qui se sont enfuis, c’est à peu près la même chose. On est dans une période de transition où le nouveau leader essaye de s’imposer au pouvoir en éliminant tous ceux qui peuvent être des obstacles potentiels.


Photo: Jan Song Thaek, quelques heures avant son exécution.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité