HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2014-01-01 13:23:08
A+ A- Imprimer cet article



Retour en France du père Vandenbeusch



(RV) Libéré mardi, le père Georges Vandenbeusch est arrivé en France mercredi matin. Il a atterri sur l’aéroport militaire de Villacoublay en banlieue parisienne peu après 6h30 accompagné par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius. Avant de quitter le Cameroun où il vivait en tant que prêtre fidei unum avant d’être enlevé par la secte islamiste nigériane Boko Haram, il était apparu au public à Yaoundé avant son décollage. Il s’était déclaré « en pleine forme ».

A sa descente d’avion en France, en ce premier jour de l’année, il a été accueilli par le président français François Hollande qui a notamment déclaré que « c’est un jour heureux que de retrouver notre compatriote retenu trop longtemps ». Aux côtés du chef de l’Etat, les proches de père Vandenbeusch, notamment ses parents adoptifs et des fidèles du diocèse de Nanterre dont il est originaire.

Sept semaines sous un arbre

« Je mesure bien la chance que j’ai. Il y a des otages qui sont restés terriblement longtemps » a déclaré le prêtre libéré un mois et demi après son enlèvement dans le nord du Cameroun où il officiait. « J’étais sous un arbre pendant un mois et demi. Sept semaines ça fait beaucoup d’heures quand on est otage et qu’on n’a rien d’autre à faire, rien à lire, personne à qui parler. » « C’est l’ennui terrible, de la tristesse et de la colère » a-t-il confié aux nombreux journalistes venus à l’aéroport.

Concernant les conditions de sa libération, Boko Haram aurait agi par « compassion » en raison notamment de « services médicaux » rendus et aucune rançon n’aurait été versée, selon une source proche du groupe armé qui a maintenu emprisonné le père Vandenbeusch dans le nord-est du Nigéria. L’armée nigériane assure ne pas avoir été impliquée dans cette libération. Les autorités françaises, comme à leur habitude dans ce genre d’affaires, n’ont donné aucune précision, sinon qu'aucune rançon n'avait été versée. Le prêtre s’est contenté de se dire « extrêmement reconnaissant » envers le président camerounais Paul Biya, tout comme François Hollande qui a de nouveau remercié son homologue après l’avoir déjà fait mardi. (Avec AFP)

Photo : le père Vandenbeusch embrasse ses proches sur le tarmac de l'aéroport de Villacoublay


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité