HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-01-03 12:30:37
A+ A- Imprimer cet article



22 opérateurs pastoraux tués dans le monde en 2013



(RV) Au cours de l’année 2013, 22 opérateurs pastoraux- en majorité des prêtres - ont été tués dans le monde, soit près du double par rapport à l’année 2012, qui avait enregistré 13 morts. C’est ce que rapporte l’agence Fides. En 2013, 19 prêtres, 1 religieuse et 2 laïcs sont décédés de mort violente. Selon la répartition par continent, 15 prêtres ont été tués en Amérique (7 en Colombie, 4 au Mexique, un au Brésil, un au Venezuela, un au Panama et un en Haïti). En Afrique, un prêtre a été tué en Tanzanie, une religieuse à Madagascar et une laïque au Nigeria. L’Asie compte trois morts violentes d’opérateurs pastoraux : deux prêtres, l’un en Inde et l’autre en Syrie, et un laïc aux Philippines. En Europe enfin, un prêtre a été tué en Italie.

Ces chiffres, précise l’agence Fides, ne concernent pas seulement les missionnaires ad gentes stricto sensu mais l’ensemble des opérateurs pastoraux morts de manière violente. Le terme de « martyrs » n’est pas employé de manière voulue, si ce n’est dans son sens étymologique de « témoins » afin de ne pas entrer dans le mérite en ce qui concerne le jugement que l’Eglise pourra éventuellement donner sur certains d’entre eux ainsi qu’à cause de la quantité limitée de nouvelles qu’il est possible de recueillir sur leur vie et les circonstances de leur mort.

Des opérateurs pastoraux tués mais aussi enlevés ou disparus

Au cours de l’année 2013, a débuté le procès de béatification des six missionnaires italiennes des Sœurs des Pauvres de Bergame mortes au Congo en 1995 après avoir été contaminées par le virus Ebola pour ne pas priver la population locale d’assistance sanitaire et qui ont été qualifiées de « martyres de la charité ». Par ailleurs, s’est achevée la phase diocésaine du procès de béatification de Luisa Mistrali Guidotti, membre de l’Association féminine médecin missionnaire, tuée en 1979 dans ce qui était alors la Rhodésie (actuel Zimbabwe) alors qu’elle accompagnait à l’hôpital une femme sur le point d’accoucher présentant des complications.

Le sort de nombreux autres opérateurs pastoraux enlevés ou disparus est également un motif de préoccupation, qu’il s’agisse des trois prêtres congolais Augustins de l’Assomption, enlevés au Nord Kivu (République démocratique du Congo) en octobre 2012 ou encore d’un prêtre colombien disparu depuis des mois. Dans le même temps, le terrible conflit qui ensanglante la Syrie depuis trois ans n’épargne pas les chrétiens.

On est en effet toujours sans nouvelles du père Paolo Dall’Oglio, SI, de nationalité italienne, comme de deux métropolites orthodoxes d’Alep - Boulos al-Yazigi, de l’Eglise grecque orthodoxe, et Gregorios Yohanna Ibrahim, de l’Eglise syro-orthodoxe, et des moniales orthodoxes du monastère de Sainte-Thècle. En revanche, une bonne nouvelle en provenance du Cameroun : le père Georges Vandenbeusch, prêtre français Fidei Donum, qui avait été enlevé en novembre dernier dans sa paroisse de Nguetchewe, au Cameroun, vient d'être libéré.

Photo : monastère de Sainte-Thècle à Maaloula


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité