HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-02-06 18:09:49
A+ A- Imprimer cet article



Le Père Hans Zollner commente le rapport ONU sur les abus



(RV) Revenons sur le rapport du Comité des Droits de l'enfant des Nations unies publié mercredi sur l’action du Saint-Siège concernant les abus sexuels sur mineurs commis par des membres du clergé. Un texte dur contre l’Église et dont les auteurs ne semblent pas avoir pris en considération les actions et les mesures prises par les autorités ecclésiales, aussi bien au niveau du Saint-Siège qu’au niveau des conférences épiscopales nationales.

Le Père Hans Zollner, responsable du Centre pour la protection de l’enfance de l’Université Grégorienne, revient sur le rapport et sur les conséquences éventuelles qu’il peut avoir pour l’Eglise.

Le rapport n’est pas complétement négatif envers l’Église. Il y a de nombreux points où la commission des Nations unies reconnaît que les choses changent et progressent au sein de l’Église. Deuxièmement, ce que l’on remarque et que l’on ne prend pas en considération est la tentative et la volonté déjà exprimée par Benoît XVI et le Pape François, de faire de la lutte contre les abus une des missions principales de l’Église, comme ils l’ont répété à plusieurs reprises. Ensuite, on ne comprend pas bien comment des thématiques comme l’avortement, la contraception et l’homosexualité figurent dans le rapport. Ces thèmes n’ont certainement pas de lien mais l’on voit que d’une certaine manière, ils devaient figurer dans le rapport, que quelqu’un les y a mis comme pour dire « l’Église doit évoluer sur la morale sexuelle ».

L’Église, comme vous l’avez souligné, est en train de combattre cette terrible plaie des abus. Selon vous, quel effet pour avoir le rapport sur cet engagement ?
C’est difficile à dire. Cela représentera certainement un stimulus pour aller de l’avant et pour individualiser, d’une part les domaines où nous devons dire ce que nous faisons déjà, et d’autre part, les domaines où nous devons vraiment travailler davantage et où nous devons avoir des résultats concrets. C’est ce qu’a dit Mgr. Scicluna, qui a été pendant dix ans le Promoteur de Justice. Mais je dois dire également que cette accusation, comme celle de cette commission, au moins pour certaines parties du rapport, n’aide pas à motiver les gens dans l’Église à aller de l’avant car peu importe ce que nous faisons, ça n’est pas reconnu. C’est donc aussi un peu décevant, le travail accompli n’est pas pris en considération. Il est aussi sûrement injuste de pointer du doigt uniquement ces choses, dont les Papes parlent d’ailleurs depuis des années comme la plaie ouverte au sein de l’Église.

Dans différents passages, le rapport attaque quand même de façon frontale la morale catholique. Selon vous, quel est le fruit de cette attaque ? D’un lobby ? Y-a-t-il une dérive idéologique, comme l’a par exemple affirmé Mgr Tomasi à Genève ?
Dans le rapport-même, il y a aussi d’autres accusations fortes. La présidente de la Commission a malheureusement réagi de façon péremptoire en disant que ce qu’a fait l’Église n’est pas suffisant. Évidemment, c’est la question du verre à moitié plein ou à moitié vide. Aucune autre institution mondiale n’a, comme l’Église, autant essayé d’aller de l’avant dans la lutte contre les abus. Il y a eu de nombreuses erreurs, des péchés et des crimes commis par des membres de l’Église et des prêtres. Mais dire que l’Église ne fait rien, cela ne me semble pas objectif. Au contraire, cela me semble peut-être une tentative, je ne sais pas si l’on peut la qualifier de mauvaise ou non, de dire qu’on ne prend pas sérieusement en considération ce que l’Église a mis en œuvre. On ne comprend pas.

Selon moi, il y a beaucoup de confusion. Il y a l’image d’une Église qui fonctionnerait comme un organe de contrôle de chaque catholique, de chaque église locale, de chaque paroisse et de chaque diocèse. Dans les faits, ça ne fonctionne pas de cette manière. Je vois également une ambivalence dans le rapport parce que d’une part, ils reconnaissent cette situation et de l’autre, ils demandent par exemple quelque chose d’absurde : que l’Église puisse contrôler toutes les dépenses en faveur des enfants. Comme si dans chaque garderie, dans chaque école, dans chaque université, dans chaque paroisse et dans chaque diocèse, le Pape devait signer le budget. Ce sont des choses irréalisables. L’évaluation de ce document est assez complexe car il n’est pas aussi univoque, mais de l’autre côté, il y a des choses injustes et des accusations disproportionnées.

Tous les jours, des enfants sont malheureusement victimes de guerre et de faim dans beaucoup d’endroits du monde. Selon vous, pourquoi les médias accordent-ils cette grande attention, presque obsessionnel sur cet aspect des mineurs au Vatican ?
Mon interprétation est la suivante : l’Église se considère comme le gardien des valeurs humaines et chaque infraction commise à leur encontre nous met dans une position où nous devons également admettre que beaucoup d’entre nous ne vivent pas ce que nous proposons , ce que nous professons et le message que nous diffusons. C’est certainement quelque chose de justifié dans l’observation faite par les médias et la société en général. De l’autre côté, l’Église catholique est vue comme un organisme unique. Moi, si je suis prêtre, j’ai une certaine co-responsabilité pour ce que fait mon confrère prêtre. S’il commet un abus, je suis moi aussi d’une certaine manière indirectement accusé de faire partie de cet organisme qui ne l’a pas suffisamment poursuivi. Il y a quelque chose en rapport avec cette image de l’Église co-responsable en tous points. Je pense que personne ne peut réellement juger d’où vient cette obsession des médias sur l’Église catholique. Mais au moins, cela nous pousse à aller de l’avant, à ne pas ralentir notre effort commun avec tant de personnes de bonne volonté à l’intérieur de l’Église mais aussi à l’extérieur, qui veulent faire de l’Église un organisme, une réalité où les enfants puissent vraiment vivre ce que Jésus lui-même nous a donné comme mission : que ces enfants soient protégés dans leur développement qui ne doivent pas être bloqués par ces graves crimes et péchés.

Photo : le Père Hans Zollner


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité