HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2014-03-05 16:11:55
A+ A- Imprimer cet article



La paix sans le nucléaire, une voie à creuser



(RV) Entretien- En France, on parle souvent de nucléaire civil, mais en revanche beaucoup plus rarement de nucléaire militaire. L’Eglise veut aujourd’hui changer la donne et relancer le débat autour du désarmement. Mais comment convaincre les Etats qui ont la bombe ou qui aspirent à la posséder, d’y renoncer ? Comment faire comprendre qu’un désarmement nucléaire est une option crédible pour obtenir la paix ? Pour faire connaître leur point de vue et analyses, la commission justice et paix, Pax Christi et la faculté de sciences sociales et économiques (FESSE) de l’Institut catholique de Paris ont publié un livre aux Editions de l’Atelier. Il est intitulé « La paix sans la bombe ? ».

Sylvie Bukhari-de Pontual, avocate au barreau de Paris, ancienne doyenne de la FESSE et présidente de la Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (FIACAT) nous explique pourquoi les Etats tels que l’Inde, les Etats-Unis ou la France restent aujourd’hui convaincus par le nucléaire militaire RealAudioMP3 Un entretien réalisé par Marie Duhamel.


Tout simplement parce que son voisin qui est son ennemi est lui-même doté de l’arme nucléaire. La question qu’on peut se poser : « est-ce que se doter de l’arme nucléaire va augmenter votre capacité de défense ? ». Je remarquerais une chose : dans tous les récents conflits, celui du Mali ou encore aujourd’hui, en Centrafrique, ou encore plus proche de chez nous, l’Ukraine, quel rôle joue l’arme nucléaire ? Aucun et heureusement !

Le Japon et l’Allemagne sont des cas un peu particulier mais qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui, des pays qui pourraient s’armer de l’arme nucléaire décident de ne pas le faire ?

Là nous avons vraiment de bons exemples. Aujourd’hui, nous avons une quinzaine de pays qui ont la capacité de se doter de la dimension militaire de l’arme nucléaire en un peu près 6 mois- 1 an et qui y ont pour l’instant renoncé. Ces pays y ont renoncé parce qu’ils considèrent que la protection de leurs intérêts stratégiques est meilleure s’ils ne se dotent pas de l’arme nucléaire. Finalement, ils considèrent que la mise en place opérationnelle de cette arme est plus dangereuse que protectrice pour leur propre sécurité, pour leur propre population. C’est-à-dire qu’ils prennent en compte les mauvaises utilisations possibles de l’arme, les accidents éventuels sachant que ceci aurait pour conséquence que les premières victimes seraient dans leur propre pays et non pas dans le pays contre lequel ils voudraient se défendre.

Pour prendre le cas particulier de la France, qui prône encore la dissuasion nucléaire, est-ce encore pertinent ? Et est-ce qu’on peut prendre la chose à rebours-ce qui n’est évidemment pas la position prônée par l’Église- et se dire qu’on peut être garant de la paix quand on est un pays démocratique avec l’arme nucléaire ?

Je crois que c’est un mauvais raisonnement. Premièrement, la position française est quelque part, obsolète. Elle se situe dans un contexte qui est celui de la guerre froide. Dans le livre blanc de 2013 de la défense française, la place qui est accordée au nucléaire n’est absolument pas modifiée, compte tenu du contexte géopolitique international. On a l’impression que le discours français de la dissuasion est un discours qui a été frappé dans le marbre par le général De Gaulle et qui depuis, est invariant et ne tient pas compte des réalités. Lorsqu’on regarde également le discours qui est développé par la France lors des dernières projections de nos forces militaires sur les terrains des opérations de maintien extérieur de la paix, là encore, il n’est jamais fait mention de l’arme nucléaire comme si nous avions d’un côté, une réalité qui est prise en compte par nos responsables politiques et nos responsables militaires, c’est-à-dire le caractère inapproprié de l’arme nucléaire aux situations concrètes de conflit actuel. Mais d’autre part, on maintient en parallèle cette espèce de discours fondateur sur la dissuasion et l’écart est de plus en plus grand entre ce discours qui est toujours formulé et les réalités qui elles, sont prises en compte. Donc, ce que nous disons dans notre ouvrage, au fond c’est « Remettons les deux ensemble, regardons de quelle manière il faut reconsidérer l’emploi de l’arme nucléaire ». Je ferais simplement une comparaison avec deux autres pays, deux grandes puissances nucléaires, les États-Unis et le Royaume-Uni. Ces deux pays ont maintenant inscrit dans leur doctrine politique et militaire la recherche d’un désarmement nucléaire total à terme. Pourquoi la France n’en ferait-elle pas autant ?

Si l’armement nucléaire s’est fait de façon un peu anarchique et de manière totalement inéquitable entre les pays à travers le monde, comment est-ce qu’on peut faire pour désarmer de manière plus équitable?

Tout simplement en veillant à ce que les puissances nucléaires qui pour l’instant, jouissent d’un statut privilégié, acceptent (ce qu’elles ne font pour la plupart pas encore) de se plier aux obligations inscrites dans le traité de non-prolifération nucléaire. C’est-à-dire qu’au fond, elles sont en train d’exiger depuis un certain nombre d’années, le respect d’un certain nombre d’obligations par l’Iran qui cherche à devenir un État « du seuil ». Que ces puissances nucléaires s’appliquent à elles-mêmes les obligations qu’elles souhaitent imposer et qu’elles imposent à l’heure actuelle à l’Iran, à savoir une réduction progressive mais coordonnée entre elles (elles savent le faire). Les négociations entre les États-Unis et la Russie ont montré que c’était efficace et qu’il y avait de bons résultats de telle manière qu’on puisse effectivement, tranquillement et calmement construire ce désarmement progressif.


Photo : le sous-marin américain, USS Virginia


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité