HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-03-22 12:11:04
A+ A- Imprimer cet article



5 000 Chinois aux obsèques de l'ex-évêque clandestin de Shanghai



(RV) Des milliers de catholiques chinois ont célébré samedi 22 mars les obsèques de l'ancien évêque « clandestin » de Shanghai, décédé le 16 mars dernier à l’âge de 96 ans alors qu’il se trouvait assigné à résidence.
Le gouvernement chinois ayant interdit le transfert de la dépouille de Mgr Joseph Fan Zhongliang dans la cathédrale du diocèse, les funérailles présidées par le Père Zhu Yude, vicaire général de la communauté « clandestine », se sont déroulées dans un funérarium de la ville où les autorités communistes n'ont pu faire autrement que de laisser les fidèles affluer. Dans la cathédrale Saint Ignace de Shanghai, un catafalque avait été déposé en début de semaine au pied du maître autel, et des messes y ont été célébrées en sa mémoire.

70 prêtres endossant une étole rouge, couleur du martyr

Un livret de messe avait été tiré à 4 000 exemples. Ils n’ont pas suffi. Ce samedi, 5 000 fidèles venus de Shanghai et des alentours se sont donc rassemblés sur la place faisant face au funérarium pour suivre la messe de requiem sur écran géant, toléré par la police. A l'intérieur reposait le corps de Mgr Fan dans un cercueil vitré, entouré de fleurs et de photographies.
Aux côtés de 70 prêtres endossant une étole rouge, couleur du martyr, l'assemblée a chanté, prié et écouté un rappel de la vie de ce prêtre jésuite, à qui les autorités chinoises n'ont jamais reconnu son statut épiscopal. Pour cette raison, la banderole funéraire évoquait la mémoire de leur « pasteur » et non de leur « évêque », un terme interdit par Pékin pour les évêques « clandestin » mais qu’a néanmoins utilisé, pendant toute la liturgie, le Père Zhu Yude.

Des fidèles attachés à leur ancien évêque

Le vicaire général de la communauté « clandestine » a rappelé la foi et le service accompli par le défunt, encourageant les catholiques chinois à suivre son exemple.
La célébration a duré trois heures. A l’issue de la messe, les fidèles ont pu un à un passer devant le cercueil et rendre un dernier hommage à Mgr Fan.
« Je suis venue dire adieu à notre évêque », a confié une femme rencontrée au milieu de l'assemblée. « Toute sa vie il est resté fidèle au Seigneur, en supportant de grandes souffrances. Je veux témoigner de mon respect envers lui ».

La dépouille de Mgr Fan ne pouvant être enterré dans la cathédrale saint Ignace, les fidèles ont acheté un espace au sein du cimetière de Sheshan, non loin du sanctuaire de la Vierge, patronne de la Chine. C’est là que les cendres du défunt ont été enterrées après la crémation.

Hommage discret du Vatican

Originaire de Hongkong, seul Chinois en poste à la curie romaine, Mgr Savio Hon Tai-fai, le secrétaire de la Congrégation vaticane pour l’évangélisation des peuples, a salué la semaine dernière la mémoire de l'ancien évêque clandestin de Shanghai. Mgr Hon, qui a enseigné dans les années 1990 au grand séminaire régional de Sheshan, dans la banlieue de Shanghai, se souvient de l’attachement des fidèles et des prêtres à la figure de cet évêque reconnu par Rome, mais pas par le régime de Pékin. Mgr Fan avait été ordonné évêque de Shanghai par le pape Jean Paul II en 2000. Le Parti communiste chinois avait refusé cette nomination, et avait depuis lors placé l'évêque sous bonne garde chez lui. Mgr Fan a passé la quasi-totalité de ses soixante dernières années en prison ou en résidence surveillée.

Absence de l’évêque de Shanghai, lui-même assigné à résidence

L'évêque de l'Église "officielle" à Shanghai, Mgr Aloysius Jin Luxian, est décédé l'an dernier à l'âge de 96 ans. Son successeur Mgr Thaddeus Ma Daqin, ordonné en juillet 2012 au titre d’évêque auxiliaire avec l’accord du pape et l’agrément de Pékin, a été placé par les autorités chinoises en résidence surveillée au grand séminaire de Sheshan et ne peut pas exercer ouvertement son ministère.
Il avait en effet quitté, après son ordination, l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC), l'instance de contrôle du régime, pour se consacrer entièrement à son diocèse. Cela a été perçu comme un geste de défiance sans précédent de la part d’un évêque «officiel». Il a été immédiatement placé en résidence surveillée et interdit d’exercer son ministère pour une durée de deux ans.
Mardi dernier, Mgr Savio Hon Tai-fai, secrétaire de la Congrégation vaticane pour l’évangélisation des peuples, avait appelé le gouvernement chinois à libérer Mgr Ma Daqin pour qu’il puisse célébrer les funérailles de Mgr Fan. Un appel qui n’a pas été entendu par les autorités. (avec Asianews et AFP)


Photo : Cliché pris lors des funérailles de Mgr Fan, samedi 22 mars


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité