HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Politique  > dernière mise à jour: 2014-03-31 19:13:05
A+ A- Imprimer cet article



Municipales en France : pourquoi ce record d'abstention ?



(RV) Entretien - Dimanche, deuxième tour des élections municipales en France et un record historique pour taux d'abstention, qui s'élève à plus de 36%. Une première sous la Vème République pour un second tour.

Et pourtant, ce scrutin des municipales est généralement prisé des électeurs français. Mais cette abstention s’inscrit dans une tendance à l’augmentation pour tous les scrutins, avec une petite exception pour l’élection présidentielle.

Le père François Euvé est le rédacteur en chef d’Études, la revue des jésuites français. Selon lui, ce record d’abstention et sa hausse, ne signifient pas forcément un désintérêt pour la politique comme telle mais plutôt un désintérêt pour les grands partis. Il répond aux questions d'Audrey Radondy : RealAudioMP3

Est-ce que l’abstention est forcément le signe d’un désintérêt massif de la population pour la politique ?
Il y a un certain intérêt, mais on ne sait pas très bien sur qui on peut compter, à qui on peut faire confiance pour la gestion du pays. C’est ça qui est inquiétant pour l’avenir.

Mais on peut dire quand même qu’ils font toujours confiance à l’acte même de voter ?
Je pense que cela ne signifie pas un désintérêt pour la démocratie comme telle. Je pense que les gens sont conscients que le fait de pouvoir voter est quand même un plus pour vivre ensemble. C’est vrai qu’il peut y avoir certaines difficultés devant les grandes questions d’un monde devenu plus complexe et la difficulté, la capacité pour une part des grands partis à pouvoir répondre à cela. Les gens sentent bien que beaucoup de paramètres dans les évolutions du monde actuel, les causes d’une partie de ces évolutions nous échappent. Parce que c’est l’économie mondialisée, parce que tout est interconnecté et cela aussi peut jouer. Le sentiment finalement que le citoyen de base n’est plus vraiment maître de son destin. Est-ce que ce n’est pas une difficulté par rapport au mode de fonctionnement démocratique que nous connaissons actuellement ? Peut-être pour une part effectivement. A côté de ça, beaucoup de gens s’engagent au niveau associatif, au niveau local. Pour le coup, il y a un certain engagement au niveau individuel mais c’est plutôt la dimension politique qui est effectivement problématique.

Et donc on peut parler d’une abstention qui serait plutôt multiple, qui dépendrait du vécu de chacun ?
On a le sentiment de plus en plus d’une classe politique qui se reproduit elle-même, les acteurs de cette classe politique sont tous passés par les mêmes filières et n’ont jamais été vraiment en contact avec un terrain, avec une action à la base. Alors ce n’est forcément le cas de tout le monde. Même s’ils ont eu des responsabilités locales, beaucoup de gens ont le sentiment à tort ou à raison, selon moi plus à raison que ce monde politique vit dans son univers. Que finalement les hommes politiques ne peuvent pas comprendre leurs difficultés au quotidien parce qu’ils n’ont jamais été au chômage, ils n’ont jamais connu la recherche d’emploi, de logement ou encore faire des économies pour ses achats. Et le discours du Front national a un certain succès à ce niveau-là. Ce n’est pas forcément parce que les gens du Front national ont une meilleure expérience à niveau-là, mais ils donnent le sentiment d’être plus en résonnance avec les préoccupations quotidiennes des personnes. En particulier pour revenir sur des évènements politiques récents, ces réformes dites sociétales, le mariage pour tous, l’euthanasie, etc. ce ne sont pas les premières questions des gens. Pourquoi est-ce qu’on dépense son énergie à discuter de ces questions-là alors qu’il y en a d’autres plus urgentes à régler ? Parce que là aussi, c'est le signe de préoccupations d’une classe politique qui ne correspondent pas aux préoccupations effectives des citoyens.

Est-ce qu’on peut craindre que cela continue ainsi et qu’au final, d’élection en élection, l’abstention continue ?
C’est malheureusement vraisemblable. Alors on verra aux européennes. Je crains qu’il y ait une abstention record parce que les européennes sont encore moins fréquentées que les autres. Surtout que l’Europe intéresse moins, les critiques à son égard augmentent et même les grands partis donnent le sentiment qu’ils ne s’y intéressent pas beaucoup. Donc ceci crée une situation malsaine. Pour le coup, je ne vois pas aujourd’hui, à entendre les hommes politiques quand ils disent que les choses vont changer, c’est un discours permanent à chaque élection et en fait rien ne change dans le fond.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité