HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-04-01 14:07:38
A+ A- Imprimer cet article



Homélie : le Pape s'indigne contre le « péché du formalisme »



Lors de son homélie ce mardi à la Chapelle Sainte-Marthe, le Pape a dénoncé la paresse et le formalisme qui touchent beaucoup de chrétiens. « Les chrétiens anesthésiés ne font pas de bien à l’Église. Ils ferment leurs portes au salut » a souligné François. Il a répété qu’il ne faut pas s’arrêter aux formalismes, mais « ne pas se tenir à l’écart », vaincre la paresse spirituelle et prendre soi-même des risques pour annoncer l’Évangile.

Le Pape François est parti de la rencontre entre Jésus et le paralytique qui, malade depuis 38 ans,, attendait la guérison. Cet homme se plaignait car il ne réussissait pas à s’intégrer, il était toujours devancé par quelqu’un d’autre. Alors Jésus lui ordonne de se lever et de marcher. Un miracle qui éveille les critiques des Pharisiens car ce jour-là, un samedi, c’était interdit, disaient-ils. « Dans ce récit, a observé le Pape, nous trouvons deux maladies fortes, spirituelles. Deux maladies sur lesquelles, a-t-il dit, nous ferions bien de réfléchir ».

La paresse anesthésie la foi

Tout d’abord, la résignation du malade, qui est plein d’amertume et qui se plaint : « je pense à tant de chrétiens, à tant de catholiques, sans enthousiasme et aussi plein d’amertume ! s'est exclamé François, chacun chez soi, tranquilles dans la vie » sans prendre de risque. « C’est la maladie de la paresse des chrétiens. Ce comportement transforme les chrétiens en personnes immobiles, tranquilles mais pas dans le bon sens du mot : ils ne cherchent pas à sortir pour annoncer l’Évangile ! Des personnes anesthésiées. Et l’anesthésie, a ajouté le Pape, est une expérience négative ». Le fait de se tenir à l’écart devient « une paresse spirituelle. C'est une tristesse ».

« Mais dans ce passage de l’Évangile, nous trouvons également un autre péché, a développé le Pape, celui du formalisme, qui touche ceux qui ne laissent pas de place à la grâce de Dieu. La vie de ces gens se résume à avoir tous leurs documents et toutes leurs attestations en règle, a pointé le Pape. Des chrétiens hypocrites, comme ces Pharisiens. Ils étaient seulement intéressés par les formalités. C’était un samedi ? Non, nous ne pouvons pas faire de miracle le samedi, la grâce de Dieu ne peut pas opérer le samedi. Ils ferment leurs portes à la grâce de Dieu ! Nous en avons tant dans l’Église : nous en avons tant ! C’est un autre péché » selon François. « Ces deux tentations, nous devons les connaître pour nous défendre » a conclu le Pape.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité