HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-04-11 13:40:26
A+ A- Imprimer cet article



Mgr Piat intervient dans la réforme électorale à l'Ile Maurice



«Other issues that need to be looked at include the funding of political parties. Government will publish its thinking on these issues in due course.» Cette phrase, tirée du Livre blanc sur la réforme électorale, a suscité l’ire du chef de l’Eglise catholique mauricienne.

Dans une lettre publique envoyée mardi dernier, à la presse, Mgr Maurice Piat exprime sa « grande déception devant la façon cavalière dont le Consultation Paper se débarrasse de la question centrale du financement des partis politiques en le renvoyant aux calendes grecques». En effet, explique-t-il, aucune réforme électorale ne sera complète si elle ne légifère pas sur la question.

Cette absence de législation, soutient Mgr Piat, fait que «n’importe quel argent, y compris celui d’une origine plus que douteuse, peut être reçu et personne n’a le droit de savoir comment ni à qui cet argent est distribué». Selon Mgr Piat, toute réforme électorale qui ne réglerait pas cette question «ne fera que changer le cadre dans lequel il y a place pour la corruption qui défigure la démocratie».

Mgr Piat s'inquiète pour la voix des minorités

L’Église catholique apporte sa contribution dans les débats sur le Consultation Paper du gouvernement pour la réforme électorale et le point saillant des commentaires de l’évêque de Port-Louis porte sur l’attribution des sièges pour la représentation proportionnelle. Mgr Maurice Piat estime que le seuil minimal de 10 % des suffrages pour qu’un parti ait droit à un siège dans cette catégorie est trop « haut » et pourrait « exclure la voix des minorités ». Ensuite, l’évêque préfère que ce soit la Commission électorale qui désigne les députés à partir d’une liste en ordre de priorité communiquée par les partis politiques avant les élections et que le choix ne soit pas confié aux leaders des partis après les élections.

Mgr Piat « accueille chaleureusement » le projet du gouvernement d’enlever de la Constitution la classification des Mauriciens selon des critères communaux et qui conduit par là même à la disparition du Best Loser System de notre système électoral. Mgr Piat ne manque pas de saluer « la contribution non négligeable » de ceux et celles qui, de par leurs actions en Cour de Justice et auprès du Comité des Nations unies pour les droits de l’homme, « ont finalement amené le gouvernement à amender la Constitution dans ce sens ». Même si désormais les candidats aux élections ne sont plus tenus de spécifier leur communauté, « il y a encore beaucoup de chemin à faire pour déraciner le communalisme de la vie mauricienne », constate Mgr Piat.

La source de ce mal, selon lui, est un manque de confiance car beaucoup de Mauriciens ne sont pas persuadés qu’ils peuvent être très bien représentés au Parlement par des personnes ayant une origine culturelle et ethnique différente de la leur. « Une société où l’on ne se fait pas un minimum confiance ne peut pas avancer. C’est cette peur qui freine l’avancement démocratique du pays et qui rend cette réforme électorale timide. Mais un pas important a été quand même franchi. Réjouissons-nous et voyons quel serait le prochain pas à faire ». (Lemauricien.com)




Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité