HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-04-30 12:43:30
A+ A- Imprimer cet article



Commentaire de l'Evangile du dimanche 4 mai



(RV) Le Père Pascal Montavit nous propose son commentaire de l'Evangile du dimanche 4 mai, troisième dimanche de Pâques. Evangile selon Saint Luc 24, 13-25 : « Notre coeur n'était-il pas brûlant en nous, tandis qu'il nous parlait sur la route, et qu'il nous faisait comprendre les Ecritures ? »

Ecoutez le commentaire du Père Pascal Montavit RealAudioMP3

L’Evangile de ce troisième dimanche de Pâques est celui des disciples d’Emmaüs. Ce passage est une véritable catéchèse sur l’eucharistie. Une lecture attentive nous dévoile le sens de la messe et comment la vivre.

Tout d’abord, les disciples d’Emmaüs parlent des événements qui ont eu lieu à Jérusalem. Ils n’en comprennent pas le sens mais cela les préoccupe et les rend tristes. Jésus vient vers eux, mais leurs yeux étaient aveuglés. Ils ne le reconnaissent pas. N’est-ce pas là le vécu de beaucoup d’entre nous lorsque nous nous rendons à l’Eglise le dimanche ? Nous nous posons des questions. Nous doutons parfois. Et si tout cela était faux ? Jésus écoute les deux disciples jusqu’au bout. Dans ce récit, ce sont eux qui parlent le plus. De même, le Seigneur écoute nos prières, nos cris, nos souffrances.

Puis vient le moment où Jésus prend la parole. C’est durant l’Eucharistie, la place des lectures. Nous nous asseyons pour écouter la Parole de Dieu. Durant l’Evangile, c’est Jésus lui-même qui parle, et nous nous levons. Cette Parole que nous entendons est une lumière pour nos vies. Elle vient éclairer nos interrogations. Elle apporte un réconfort. Notre cœur est tout brulant. Pourtant, comme les disciples d’Emmaüs, nous ne nous en rendons pas toujours compte.

Quand Jésus a fini son explication, les disciples n’ont pas encore compris qui il était. Et pourtant ils veulent le retenir. Ils perçoivent que quelque chose est en train de se passer. Ils veulent continuer à écouter Jésus qui leur explique que le Messie devait souffrir tout cela pour entrer dans sa gloire. Ce n’est qu’à la bénédiction du pain que leurs yeux s’ouvrent et qu’ils le reconnaissent. Il y a donc une véritable progression dans le cheminement des disciples d’Emmaüs. En écoutant Jésus, ils ouvrent leur cœur et leur tristesse les quitte peu à peu. La parole qu’ils reçoivent est libératrice. Mais cette parole est aussi une préparation à recevoir le Pain de vie, celui qui donne l’éternité avec le Christ. C’est à ce moment là que toute tempête et tristesse disparaissent.

Lorsque nous nous rendons à la messe, nous sommes appelés à vivre le même cheminement. En premier lieu, quand nous sommes en route, nous pouvons déposer tous nos fardeaux aux pieds du Seigneur, lui parler. La messe commence déjà à ce moment là, lorsque nous quittons notre maison pour nous rendre à l’Eglise. Ensuite, nous écoutons la Parole de Dieu, nous sommes attentifs à ce que le Seigneur nous dit, aujourd’hui, dans la liturgie. Enfin, le sommet de notre célébration vient lorsque nous voyons l’hostie élevée au-dessus de l’autel. Jésus est alors là, présent, au milieu de nous, transformant nos tristesses en joie.
Mais ce n’est pas fini. Lorsque les disciples d’Emmaüs réalisent qu’ils étaient avec Jésus, il est dit : « A l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Il y retrouvèrent les onze Apôtres et leurs compagnons » (Lc 24,33). Rencontrer le Christ nous met en mouvement vers les autres afin de proclamer ce que nous avons vécu.

En ce jour, préparons nos cœurs à vivre pleinement la messe, à écouter la parole de Dieu et à reconnaître Jésus dans l’hostie. Le Seigneur est là et il nous appelle.






Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité