HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Culture et Société  > dernière mise à jour: 2014-06-24 08:32:32
A+ A- Imprimer cet article



Birmanie : une loi anti-conversion controversée



(RV) Entretien- En Birmanie, le parlement devait examiner vendredi dernier le projet de loi anti-conversion. Une mesure qui suscite l’inquiétude de nombreuses ONG et membres de la société civiles dans le pays.

Portée par un groupe extrémiste bouddhiste, cette loi a pour but avoué de mettre fin à l’augmentation numérique des adeptes de l’islam dans le pays, limitant les mariages interreligieux et prônant la restriction des naissances pour la population musulmane. Les minorités birmanes s’inquiètent : en avril dernier, l’archevêque catholique de Rangoun avait dénoncé « l’interférence de l’Etat dans la conscience de chacun ».

Eclairage sur les enjeux de cette loi et le contexte avec Régis Anouilh, rédacteur en Chef d’Eglises d’Asie, l'agence d'information des Missions étrangères de Paris : RealAudioMP3

Le gouvernement a été saisi, il y a plusieurs semaines de cela, par une faction de moines bouddhistes connus sous le nom de “Mouvement 969” qui fait référence à une numérologie bouddhique et les juristes qui sont aux côtés de ce mouvement de moines bouddhistes extrémistes ont rédigé quatre projets de loi qui concernent notamment les mariages interreligieux, la conversion religieuse ou bien encore le contrôle des naissances et le respect de la monogamie en Birmanie. Et ces moines nationalistes sont en fait porteurs d’une vision, une vision de la nation birmane et leur idée est que la nation birmane et bouddhique (cette religion réunit les deux tiers de la population) - ils parlent même de la race birmane- est menacée par une poussée démographique qui vient des musulmans voisins du Bangladesh. Il y a donc une conception d’une nation assiégée et également une nation au sens religieux, dans le sens où l’essence de la nation birmane est le bouddhisme et cette essence serait menacée par une poussée démographique venue du Bangladesh musulman voisin.

Quelles sont les dispositions, les modalités que ces moines bouddhistes voudraient imposer à la population ?
Les dispositions les plus contestées concernent celles relatives au mariage. En ce sens que désormais, une bouddhiste qui se marierait avec un musulman ou non- bouddhiste serait face à un certain nombre d’obstacles ou en tout cas de mesures administratives qui de fait, leur empêchent quasiment ce mariage. De même, dans le domaine de la conversion, elles deviennent extrêmement encadrées, contrôlées et il y a une immixtion de l’État dans ces domaines-là. Enfin, en matière de contrôle démographique, il y a déjà des mesures en place qui visent notamment la minorité des Rohingyas que l’on connait bien parce que c’est cette minorité de religion musulmane qui est au sud du pays, à la frontière du Bangladesh qui est toujours victime d’une discrimination féroce de la part des autorités locales et qui a été victime de pogroms. Cette minorité a déjà assuré des mesures de restriction démographique puisque la taille des foyers est limitée à deux enfants par femme et là encore, ces mesures seraient reformées. Il y a un dernier point concernant la polygamie. La polygamie était hors-la-loi en Birmanie mais ces textes viendraient renforcer cette volonté de maintenir la monogamie comme régime normal des couples en Birmanie. C’est un ensemble de mesures relativement techniques mais qui ont toutes les mêmes buts : elles s’orientent vers cette volonté de préserver la nation, la race et la religion de la Birmanie.

Ces moines du « Mouvement 969 » que vous avez évoqué toute à l’heure, est-il possible de mesurer leur influence au sein de la société ?
Cette influence, elle est diffuse mais elle est de plus en plus importante. Il y a quelques semaines, j’avais cité dans une de mes dépêches pour « Églises d’Asie », l’archevêque catholique de Rangoon, Mgr. Charles Bo qui s’inquiétait du fait que lorsqu’il allait en tournée, en visite dans son diocèse, dans des villages un petit peu reculés de la campagne, il entendait des haut-parleurs installés dans les pagodes bouddhiques du voisinage, des prêches haineux visant effectivement à mettre en garde la population contre ce raz-de-marée musulman supposé. Il y a donc un discours de haine qui se diffuse dans la société actuellement. Quant à savoir si ces moines représentent l’ensemble de l’opinion, il est difficile de le savoir dans la mesure où la démocratie est toute neuve et encore très embryonnaire, d’une certaine manière, en Birmanie. Les élections générales en 2015 se profilent. Aujourd’hui, en Birmanie, on est quasi dans un climat de campagnes pré-électorales et les différents acteurs se positionnent.





Photo : Le moine bouddhiste Wirathu, accusé d'incitation à la haine envers la minorité musulamne de Birmanie.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité