HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-07-15 17:56:06
A+ A- Imprimer cet article



Le rabbin Skorka monte au créneau



(RV) Un déplacement en Terre Sainte du 24 au 26 mai dernier riche en rencontres avec les autorités religieuses et politiques ; quinze jours plus tard, un moment historique d’ « invocation pour la paix » au Vatican, aux côtés des présidents israélien Shimon Peres et palestinien Mahmoud Abbas. Ces derniers mois, le Pape François n’a pas ménagé ses efforts pour que la paix revienne enfin au Proche-Orient. Et pourtant, c’est plutôt le terme « échec » que l’on prononcerait pour en définir le résultat, au vu de l’escalade de la violence et de l’absence de dialogue entre Israël et la Palestine. Mais raisonner ainsi revient à emprunter un raccourci intellectuel spécieux, auquel le rabbin Abraham Skorka refuse de recourir.

Celui que l’on décrit souvent comme un des meilleurs amis du Pape François ne cache pas sa « profonde, intense douleur » devant l’évolution de la situation en Terre Sainte depuis le voyage papal. Sur le site Vatican Insider, il affirme toutefois que ce qui «
est en train de se passer ne certifie en aucun cas l’échec de l’initiative du Pape François, à laquelle j’ai moi aussi participé [Skorka est en effet l’un des inspirateurs du voyage du Pape en Terre Sainte]. Au contraire, cela confirme de façon dramatique qu’il faut continuer de produire encore plus de gestes de rencontre pour que le courage prévale sur la haine irrationnelle ».


Méprise sur le sens de la rencontre pour la paix au Vatican


Le Recteur du Séminaire rabbinique latino-américain revient ensuite sur la visite au Vatican. Pour lui, « la rencontre pour la paix n’avait pas pour objectif de parvenir à un accord immédiat. Toute personne l’ayant interprété de cette façon n’a pas compris ce qu’il se passait. » Alors, quel en était le but ? «
Prier ne met pas fin aux situations de conflit, explique le rabbin. C’est pour cela que les actions sont utiles ; mais la prière a la force d’inspirer les changements de mentalité qui certainement, avec la bénédiction de Dieu, permettront la construction d’un monde meilleur ».

Face à la situation actuelle au Proche-Orient, Abraham Skorka prône d’abord une réaction verbale, insistant sur la nécessité de «
critiquer cette violence dans les termes les plus véhéments ». D’après lui, «
la presse mondiale ne fait qu’empirer les choses lorsqu’elle ne fustige pas toutes ces manifestations de haine avec les épithètes les plus durs du vocabulaire humain ».
Le rabbin rappelle ensuite l’urgence de «
parvenir à un cessez-le-feu immédiat et de diminuer le niveau d’agressivité » extrême atteint par les deux parties. Il réclame également un engagement plus grand de la part des gouvernements. «
Il faut d’abord que toutes les parties impliquées, tant les palestiniens que les israéliens, ainsi que les gouvernements qui ont des rapports et des intérêts avec eux, prennent un engagement sincère [en faveur de] la vie de tous ceux qui habitent dans la région
», conclut Abraham Skorka.


Photo: le rabbin Skorka et le Pape François au mur occidental à Jérusalem


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité