HomeRadio Vatican
Logo   
autres langues  

     Accueil > Eglise > dernière mise à jour: 2014-07-17 14:41:53
A+ A- Imprimer cet article



Commentaire de l'Evangile du dimanche 20 juillet



(RV) Le père Pascal Montavit nous propose son commentaire de l'Evangile de ce dimanche 20 juillet, 16e dimanche du temps ordinaire. Evangile selon saint Matthieu. 13. 24 à 43 : « De peur qu’en arrachant l’ivraie, vous n’arrachiez le blé en même temps. »

Ecoutons le commentaire du Père Pascal Montavit RealAudioMP3

L’Evangile de ce jour nous propose trois paraboles sur le Royaume des Cieux. Chacune d’entre elles nous permet de mieux comprendre ce grand mystère qui concerne la manière avec laquelle nous mettons en pratique l’enseignement de Jésus. Voyons cela plus en détail.
Tout d’abord, Jésus compare le Royaume des Cieux à un homme qui sème du bon grain dans son champ. L’ennemi survient et sème de l’ivraie au milieu du blé. Les serviteurs du maître proposent d’enlever l’ivraie mais le maître refuse car le bon grain pourrait être arraché en même temps. Cette comparaison reflète bien notre monde : le bon grain et l’ivraie croissent côte à côte. C’est à chacun de nous de discerner ce qui est bon de ce qui est mal et de faire son choix. Toutefois, cette comparaison peut aussi se comprendre par rapport au cœur de l’homme. Nous pouvons parfois nous concentrer plus sur la conversion des autres que sur la notre. Nous prions pour que le Seigneur change notre prochain, qu’il enlève l’ivraie de son cœur ! Mais le Seigneur ne répond pas toujours à cette prière. Il laisse l’ivraie croître avec le bon grain. C’est d’une part un appel qui nous est fait à aimer l’autre jusque dans sa faiblesse, ses limites. Cette réflexion nous appelle cependant à aller plus loin. Notre propre cœur renferme lui aussi de l’ivraie…et le Seigneur la laisse côtoyer le bon grain. Lorsque l’ivraie dans le cœur de mon prochain m’exaspère, il est bon de nous rappeler cette parole de Jésus : « Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil’, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans ton œil ? » (Lc 6,42).
Jésus compare ensuite le Royaume des Cieux à une graine de moutarde. Elle est la plus petite des semences mais elle dépasse toutes les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches. Par cette comparaison, Jésus affirme que tous ont une place dans le Royaume, même le plus petit d’entre nous. C’est justement en nous reconnaissant petits que nous pouvons laisser le Seigneur agir en nous et nous donner du porter du fruit.
Enfin, le Seigneur compare le Royaume des Cieux à du levain qu’une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. Le levain est ce qui demeure caché mais qui permet au pain de lever et d’être comestible. Jésus nous rappelle alors que c’est à ses yeux et non devant ceux des hommes que nous sommes appelés à agir. Notre Père qui voit dans le secret, saura nous le rendre (Mt 6,4).
Jésus conclut cette série de paraboles en montrant que tous ne sont pas capables de les comprendre. Certains ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas. Il est vrai que le Royaume est un mystère. C’est une réalité que l’on ne peut définir que par images mais que l’on peut toutefois expérimenter en y entrant, c’est-à-dire en mettant en pratique les paroles de Jésus. Prions aujourd’hui pour que notre cœur soit ouvert aux mystères du Royaume afin d’acquérir une couronne dans le ciel, une couronne qui ne se flétrit pas.


Partagez





Qui sommes-nous Programmation Contacts RV Productions Liens Autres langues Saint-Siège Etat du Vatican Cérémonies pontificales
Tous les contenus de ce site sont protégés ©. Webmaster / Crédits / Mentions légales / Publicité